SlateAfrique

mis à jour le

Libye - Les agents du FBI enquêtent (enfin) à Benghazi

Il aura fallu trois semaines aux agents du FBI pour se décider à pénétrer dans l’enceinte du consulat américain à Benghazi. Pourquoi ont-ils attendu aussi longtemps pour enquêter sur les lieux où a été tué l’ambassadeur américain J. Christopher Stevens et trois autres Américains lors de l’attaque portée le 11 septembre dernier?

«Des agents du FBI protégés par les troupes américaines lourdement armés sont entrés dans le consulat américain à Benghazi, en Libye, pour la première fois depuis le 11 septembre», rapporte le Los Angeles Times.

Selon l’administration américaine et le gouvernement libyen, la sécurité n’était pas optimale pour le déplacement des agents américains en Libye avant cette date.

A Benghazi, le chemin de terre menant au portail d’entrée de la mission américaine était bloqué jeudi 4 octobre par des véhicules armés du ministère libyen de la Défense, selon un correspondant de l’AFP.

«Une vingtaine d’Américains en civil sont venus et il nous a été demandé d’assurer leur protection jusqu'à ce qu’ils quittent Benghazi», a déclaré un commandant dépendant de ce ministère.

D’après deux responsables américains, deux Tunisiens qui auraient participé à l’attaque de l’ambassade ont été arrêtés en Turquie, alors qu’ils essayaient d’entrer avec des faux passeports.

Depuis l’attaque, l’administration américaine est vivement critiquée pour sa gestion du dossier par une partie des Républicains.

«La Maison Blanche est accusée d'avoir minimisé l'attaque à des fins politiques.» Dans un premier temps, les hauts fonctionnaires ont d’abord parlé de violences nées d’une manifestation pacifique avant d’évoquer plus tard qu’il s’agissait vraisemblablement d’une attaque terroriste qui pourrait avoir des liens avec Al-Qaïda, poursuit le site américain.

Pressé par les journalistes pour expliquer pourquoi il a fallu autant de temps au FBI pour atteindre Benghazi, le général Eric Holder Jr. H a indiqué que les enquêteurs avaient récolté «des preuves dans plusieurs localités de Libye et d'ailleurs.»

Lu sur le Los Angeles Times

A lire aussi

La Libye va-t-elle finir comme l'Irak?

Les Etats-Unis ne doivent pas intérférer dans les affaires libyennes