SlateAfrique

mis à jour le

L'otage français en Somalie s'adresse au président Hollande

«Monsieur le Président je suis toujours en vie mais jusqu’à quand?». Une nouvelle vidéo de l’otage français en Somalie Denis Allex a été diffusée le 4 octobre. On y voit l’agent de la DGSE, Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), le service de renseignement français, s’adresser au président François Hollande. Aux mains des combattants islamistes shebabs depuis le 14 juillet 2009, Denis Allex appelle les autorités françaises à agir avant qu’il ne soit trop tard.

Cette vidéo daterait de juillet dernier comme l’indique l’otage dans la vidéo. Il lit un texte, n’est pas à l’aise et butte sur les mots.

«Monsieur le Président, je saisis l’occasion des changements politiques, notamment à la tête de l’Etat, pour vous renouveler mon message de secours. Cette fois-ci je l’adresse à vous tout en espérant que votre attitude vis-à-vis de mon cas sera différente de celle du président Sarkozy et de son gouvernement ».

Fatigué, le visage cerné, Denis Allex rappelle qu’il a été enlevé en 2009 alors qu’il travaillait «pour le compte du gouvernement français». «Trois ans loin de ma famille, de ma femme et de mes enfants, trois ans dans la solitude», ajoute-t-il.

«Ce qui m’a permis de tenir, est la pensée que mon gouvernement travaille sans relâche pour ma libération, mais cet espoir s’évapore de jours en jours.»

« Nous (les otages français, ndlr) sommes les victimes de la mauvaise politique de la France à l’égard des musulmans en France et à l’extérieur de la France (…) sans cette politique je ne serai pas là aujourd’hui.»

Avec la diffusion de cette vidéo, les combattants islamistes pressent le gouvernement français de négocier avec eux. «La porte des négociations est ouverte», poursuit l’otage .

Dans une première vidéo, Denis Allex rappelait les revendications de ses ravisseurs et notamment que Paris cesse de soutenir le gouvernement somalien.

Vu sur YouTube et lu sur RFI

A lire aussi

Somalie: les islamistes ont-ils un avenir?

Les 10 pays d'Afrique les plus dangereux