SlateAfrique

mis à jour le

Le Burundi, candidat au Commonwealth

Le Commonwealth n'en finit pas de séduire les pays africains. Le Burundi vient de faire une demande d'adhésion à l’association anglophone d'anciennes colonies ou protectorats de l’Empire britannique, rapporte le site britannique BBC.  

La demande du Burundi intervient à quelques jours du sommet de la Francophonie à Kinshasa en RDC (du 12 au 14 octobre). Et c'est le second pays de la région des Grands Lacs, traditionnellement francophone, à vouloir intégrer l'institution. L’Inde a même accepté de soutenir le Burundi pour être un membre du Commonwealth. 

Car le Burundi n'est pas le seul pays à succomber au chant des sirènes de la grande famille anglophone. Le Rwanda, de tradition francophone, a été admis comme 54e membre du Commonwealth en novembre 2009.

La langue de Shakespeare attire de plus en plus les pays d'Afrique francophone. Le 1er octobre, Ali Bongo, le président du Gabon, un des plus proches alliés de la France en Afrique, s'est effectivement prononcé pour l'introduction de l'anglais dans son pays. Le Gabon envisage même d’introduire l’anglais comme langue officielle, au même titre que le français, détaille BBC. 

Lu sur BBC Afrique

A lire aussi 

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

Il ne faut pas laisser la francophonie se transformer en «machin»

Francophonie: Pourquoi le sommet de Kinshasa est menacé

En Afrique, la francophonie perd son latin