SlateAfrique

mis à jour le

Pourquoi les imams du Maroc s’exilent vers les pays du Golfe

Les mosquées marocaines se vident de leurs imams. Les plus expérimentés s'envolent vers les pays du Golfe pour y travailler, rapporte le site marocain Yabiladi.

Les Emirats arabes unis et le Koweït, notamment, sont les destinations favorites des religieux marocains. Les rémunérations sont plus motivantes que celles du royaume.

«Certes cet exode des imams marocains vers les pays du Golfe n’est pas nouveau, seulement il s’est intensifié ces dernières années. Pour mieux cerner ce phénomène, il est impératif de le mettre dans son contexte général. En effet, nous sommes en face de l’une des conséquences de la structuration du champ religieux, initiée en 2004 par le roi Mohammed VI dans son discours à l'occasion de l'Aid Al Maoulid», explique Driss Ganbouri, spécialiste des mouvements islamistes, dans Yabiladi.

Tenant de la tradition du soufisme sur le plan théologique, les imams marocains s'opposent au wahhabisme, mouvement politico-religieux saoudien qui prêche le retour à l’Islam originel.

«L’implantation de cette doctrine extrémiste a été favorisée sous le règne de Hassan II et de son ministre aux Affaires islamiques, Abdelkébir Lamdeghri, les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca ont complètement changé cette donne», rappelle Yabiladi.

De même, le recours à des imams marocains permet aux pays du Golfe d’endiguer l’avancée du wahhabisme sur leurs territoires. 

«Les pays du Golfe, à l’instar du royaume, ont désormais le même objectif. C’est la raison pour laquelle, ils recourent à nos imams, réputés modérés. Même l’Arabie saoudite, pourtant wahhabite, commence à prendre ses distances avec cette mouvance et tolère le soufisme. Lequel occupe une place de choix dans le système religieux étatique au Maroc», ajoute Driss Ganbouri.

Lu sur Yabiladi

A lire aussi

Pourquoi les salafistes veulent revenir au temps des califes

Pourquoi le roi du Maroc veut se payer l'islam de France

Marocains libres, les interdits vous guettent