SlateAfrique

mis à jour le

Côte d'Ivoire - Déballages fracassants au procès des militaires pro-Gbagbo

«J’ai tué le général Dosso Adama, je demande pardon.»

Cet aveu de taille peut se lire en une du quotidien ivoirien Nord-Sud. La seconde journée du procès d’anciens militaires proches de l'ancien président Laurent Gbagbo, ouvert le 2 octobre, a été riche en rebondissements.

Deux sous-officiers ont comparu pour crimes et violences commis durant la crise postélectorale entre 2010 et 2011.

Au cours des auditions, le sergent-chef Léon Jean Noël Lagaud a avoué avoir tiré à bout portant, à deux reprises, sur l’officier supérieur à la retraite Dosso Adama, relève Abidjan.net. 

Léon Jean Noël Lagaud a raconté dans les détails les circonstances dans lesquelles il a mis fin aux jours du vieux Dosso Adama, le 12 mars 2011. Mais, il soutient que l’ordre de tirer lui a été donné par le général Dogbo Blé (ancien commandant de la Garde républicaine).

«Nous avons embarqué le colonel à bord de notre véhicule. Avant de quitter les lieux, les sergents Yapi Yapo et Lobé Lobé ont respectivement appelé au téléphone le général Dogbo Blé et le commandant Kipré Yagba. Ils l’ont informé que le colonel est bel et bien pris. L’ordre d’exécution a été réitéré par le général Dogbo Blé», a fait savoir le prévenu.

RFI publie de larges extraits des déclarations du sergent Jean Noël Lagaud. Ainsi, apprend-on encore qu'avant de passer à l'acte, il aurait eu quelque remord: 

«Avant de passer à l’acte, j’ai eu un pincement au cœur. Nous avons discuté. C’est à ce moment-là que les sergents chef Lobé Lobé et Yapi Yapo se sont écriés en disant: Si tu ne veux pas le tuer, dis-le nous. On va le faire à ta place. Je n’ai plus réfléchi. J’ai dégainé et tiré deux balles à bout portant sur lui. J’ai tué le colonel, puis j’ai traîné son corps dans la broussaille», a avoué Léon Jean Noël Lagaud à la cour.

Lu sur Abidjan.net, RFI

 

A lire aussi

«Ouattara a décidé de régner dans la terreur»

Il faut libérer Laurent Gbagbo au nom de la réconciliation

Gbagbo devant ses juges