SlateAfrique

mis à jour le

Levée de fonds pour faire partir les sans-papiers du Maroc

Mettre fin au calvaire des migrants subsahariens au Maroc, tel est l'objectif de l'Organisation internationale des migrations (OIM).

L'institution, qui a pour mission de gérer les flux migratoires, a lancé un appel de fonds de 620.000 euros, le 2 octobre, pour faciliter le retour d'un millier de migrants africains dans leurs pays d'origine, rapporte le quotidien marocain Le Matin.

Les migrants subsahariens arrivent effectivement en grand nombre chaque année sur le territoire marocain.

On estime qu’il y a plus de 10.000 migrants au royaume. Et beaucoup d’entre eux se retrouvent bloqués sur le sol chérifien dans des conditions de vie souvent déplorables, souligne le site marocain Yabiladi.

Rêvant de rejoindre l’eldorado européen à tout prix, ils se heurtent aux difficultés. N’ayant pas les moyens financiers pour reprendre la route, ils sont souvent contraints de rester au Maroc. 

La police espagnole recueille souvent les femmes et enfants. Mais les hommes sont renvoyés à la police qui ferait preuve de maltraitance à leur endroit, apprend-on encore.

«Les autorités marocaines sont activement engagées dans la recherche de migrants en situation irrégulière, ce qui rend la situation particulièrement difficile pour eux. Il a été conseillé à nombre d'entre eux de se rendre au bureau de l'OIM pour profiter du programme de rapatriement», a déclaré Chris Lom, porte-parole de l'organisation.

La police marocaine «maltraite systématiquement» les migrants subsahariens, avertissait José Palazon, président de l’ONG espagnole Prodein, en septembre 2012.

 «Ils ne sont pas traités comme des humains, mais comme des marchandises (…). Les groupes de sans-papiers qui restent au Maroc vivent terrorisés, cachés et subsistent grâce à la mendicité, la fouille dans les poubelles et la chasse d’animaux», détaillait José Palazon.

D’où l’initiative de l’OIM. Il s’agit d’un «programme de retour volontaire à bord d'avions affrétés par le gouvernement marocain», pour aider ces migrants. 

Depuis 2005, l'OIM a assisté quelque 3.500 migrants vulnérables au Maroc, grâce à des fonds provenant de la Suisse et de la Belgique, rappelle le site marocain Au fait Maroc.

Lu sur Yabiladi, Le Matin et  Au fait Maroc

 

A lire aussi

Dans la peau d'un noir au Maroc

Le calvaire des noirs (et des chrétiens) en Algérie

Les noirs de Tunisie feront-ils leur révolution?