SlateAfrique

mis à jour le

Qui se cache derrière le meurtre des étudiants nigérians?

Le bilan du massacre de Mubi, dans le nord du Nigeria s’alourdit, selon la Croix Rouge, qui fait état, ce mercredi, de dix nouveaux corps retrouvés.

C’est ce que signale le journal Nigerian Tribune. Cela porte donc à 46 le nombre de victimes.

Des victimes qui sont principalement des étudiants, tués par balles par des forcenés. 

En rappel, 25 étudiants ont été tués à l’école polytechnique d’Adamawa (nord du Nigeria), et 20 autres dans un établissement voisin, le 1er octobre. Les motivations de ces crimes restent encore inconnues.

La piste de la secte islamiste Boko Haram n’est pas écartée. Même si le meurtre des étudiants n’a toujours pas été revendiqué.

D’après le témoignage d’un étudiant rescapé au site Sahara Reporters, les tueurs portaient un treillis militaire et appelaient par leur prénom les étudiants avant de les exécuter,

Selon Channels TV, il n’est pas encore sûr qu’il s’agisse d’un crime perpétré par Boko Haram, qui s’attaque habituellement aux politiciens, aux forces de sécurité, et aux chrétiens. Mais le doute subsiste, car la secte islamiste a déjà «attaqué une fois des étudiants».

La piste Boko Haram semble privilégiée, malgré tout, car le Nigerian Tribune avait annoncé,  juste quelques jours avant la tuerie, que l’armée avait arrêté 156 membres du groupe, lors d’un raid mené précisément dans la ville de Mubi.

Cette attaque intervient alors que le Nigeria célèbre le cinquante-deuxième anniversaire de son accession à l’indépendance du pays.

Lu sur Nigerian Tribune

 

A lire aussi

Le Nigeria, nouveau front de la guerre contre le terrorisme

Pourquoi il faut avoir peur de Boko Haram

Nigeria - Boko Haram, ennemi public numéro 1

Nigeria - Boko Haram veut déclencher une guerre civile