SlateAfrique

mis à jour le

Les rappeurs africains deviennent des références pour le rap américain (VIDEO)

L'industrie du hip hop africain est en pleine ébullition. Et la maxime «l’élève dépasse le maître» prend tout son sens. Le rap américain s’inspire du hip hop africain pour se réinventer, rapporte le 3 octobre le site britannique The Guardian

Et les rappeurs du continent ont très vite compris et adopté la recette gagnante du succès américain, à qui ils ont emprunté presque tous les codes, souligne The Guardian.

A savoir des filles qui se déhanchent en bikini, du champagne qui coule à flot, un beat entraînant et des billets qui passent de main en main, énumère le site. Tout en y ajoutant leurs touches artistiques. Car chaque pays africain peut se targuer d'avoir son «propre rap», indique The Guardian. 

A tel point que leurs prouesses artistiques ne sont pas passées inaperçues de l’autre côté de l’Atlantique.

Car aujourd’hui les règles ont changé. Si l’Afrique est la mère-patrie des Afro-Américains, eux-mêmes parents du hip hop et donc géniteur du rap africain, c'est bien l'Afrique qui donne à présent le ton, explique The Guardian.

Que ce soit Rick Ross, Solange ou sa grande sœur Beyoncé, qui dans son dernier album s’est inspirée de la chorégraphie du groupe de danse mozambicain Tofo Tofo dans « Who run the world», tous trouvent de l'inspiration dans cette musique africaine. 

Même son de cloche pour l’artiste américain Kanye West. Son dernier petit protégé n’est autre que D’Banj, un Nigérian. Les influences musicales de son pays d'origine ont grandement participé au succès de sa chanson Oliver Twist. 

Le plus grand bénéficiaire du succès de la star américaine Lady Gaga n’est autre que le rappeur sénégalais Akon. Il l’a fait signer dans son label juste avant son ascension étourdissante. Ce qui a permis à Akon de mettre du beurre dans les épinards, détaille The Guardian.

Autre exemple: la scène du rap britannique est à présent dominé par des artistes ouest-africains. Les rappeurs Tinie Tempah, d'origine nigériane et congolaise de Kinshasa, Dizze Rascal, d’origine nigériane et ghanéenne, et Tinchy Stryderd'origine ghanéenne, sont les nouveaux maîtres du hip hop britannique.

Tous ces exemples montrent la richesse et la créativité du rap africain, non plus suiveur mais initiateur.  

Lu sur The Guardian

A lire aussi

En Haïti, la musique prend le pouvoir

Imothep, «le hip hop africain gagne à être connu»

Sénégal: Ces rappeurs qui font trembler le régime de Wade

Essaouira, le Woodstock africain