SlateAfrique

mis à jour le

Érythrée - Pourquoi les élites du pays prennent la fuite

De plus en plus d’Erythréens fuient le régime autoritaire du président Issayas Afeworki. C’est ce que semble confirmer Léonard Vincent sur son blog les Erythréens, en relatant la nouvelle désertion de deux vétérans de l’armée de l’air vers l’Arabie Saoudite.

Non sans panache, les capitaines Yonas Woldeab et Mekonnen Debesai ont ainsi détourné le seul jet privé de l’aviation érythréenne le 2 octobre, pour atterrir à Janzi en Arabie Saoudite quelques heures plus tard et y demander l’asile politique.

«Un membre de la famille des fugitifs m’a confirmé ce matin que les deux pilotes étaient des vétérans de l’aviation érythréenne et faisaient partie des hommes de confiance du président Issayas Afeworki», a affirmé le journaliste sur son blog.

Loin d’être des cas isolés, les deux pilotes confirment une tendance déjà observée au sein de l’armée érythréenne: en 2004, deux officiers avaient fui le régime d’Asmara à bord d’un hélicoptère pour demander l’asile politique à l’Arabie saoudite. Rebelote en 2006, lorsque deux autres pilotes d’hélicoptère avaient rejoint la province saoudienne de Jinza. En 2010, une vingtaine d’officiers de l’Eritrean Air Force avaient, eux, fait le choix de trouver refuge en Ethiopie.

«Des diplomates érythréens, des militaires, des vedettes de la télévision et du sport sautent fréquemment le pas» écrit ainsi Léonard Vincent.

Au-delà de la jeunesse, qui quitte depuis longtemps le régime autoritaire d’Afeworki, «à pied dans des conditions épouvantables», on assiste désormais à la «fuite de l’élite éduquée, et singulièrement des hommes de main les mieux formés».

Sans toutefois connaître les motivations précises qui ont poussé les deux hommes à fuir l’Erythrée, Léonard Vincent conclut que «quelque chose est définitivement pourri au royaume d’Issayas».

Lu sur Les Erythréens

A lire aussi

L'Erythrée, le niveau zéro de la liberté d'expression

En Erythrée, le président voit des traîtres partout

Erythrée: la terreur dans l'ombre du 11-Septembre

Le Canada sévit contre l'«impôt révolutionnaire» des Erythréens