mis à jour le

La crise des liquidités ajoute

Ils font la queue pendant des heures sous le soleil brûlant dans l'espoir de retirer de l'argent des distributeurs automatiques dans la capitale soudanaise. Quelques fois ça marche, d'autres pas.

La quête d'argent liquide est devenue un sport national au Soudan, pays plongé dans une profonde crise économique qui a emporté l'ancien président Omar el-Béchir, sous la pression de la rue.

Ce désagrément vient s'ajouter à la longue liste des difficultés de la vie quotidienne des Soudanais: coupures d'électricité, pénurie de carburants et prix prohibitifs entre autres.

"J'essaie depuis huit jours en vain mais aujourd'hui j'espère que ça va marcher". Halima Souleiman attend sagement dans la file de femmes qui ne cesse de s'allonger devant une banque sur l'avenue d'Afrique.

La nouvelle de l'arrivée d'un fourgon de transport de fonds à la succursale bancaire s'est répandue comme une traînée de poudre, provoquant instantanément un attroupement.

"J'ai attendu en moyenne deux heures par jour sur huit jours et à chaque fois, l'argent déposé dans la machine s'est épuisé", raconte Halima, diplômée de biologie sans emploi. Elle s'engouffre ensuite dans la petite cabine protégeant le distributeur avant d'en sortir un peu plus tard avec une liasse de billets à la main et le sourire aux lèvres.

Même si le retrait est plafonné à 2.000 livres soudanaises, soit une quarantaine de dollars par jour, elle estime que c'est mieux que rien. "L'iftar (repas de la rupture du jeûne du ramadan) sera plus copieux ce soir", dit la jeune femme.

- Economie exsangue -

Corruption généralisée, répression systématique et guerres internes ont accéléré les difficultés de l'économie sous Omar el-Béchir.

En 2011, la sécession du Soudan du Sud a porté un coup dur à l'économie, la privant des trois quarts de ses réserves de pétrole et de l'essentiel des revenus de l'or noir. 

Le Soudan a également été affecté par 20 ans d'embargo économique américain en raison de violations présumées des droits humains et de liens avec le "terrorisme".

Cet embargo a été levé en 2017, mais le pays reste sur la liste noire américaine des pays soutenant le "terrorisme", entraînant une frilosité des investisseurs étrangers.

Le Soudan connaît une inflation de près de 70% et cumule une dette extérieure de plus de 55 milliards de dollars.

C'est un des pays les plus pauvres au monde, classé 167e sur 189 dans un rapport de l'ONU pour l'année 2018, et le Fonds monétaire international prévoit une croissance négative de 2,3% pour 2019.

Quatre mois de contestation du régime ont accentué ces difficultés, désorganisant les circuits de distribution et créant des pénuries qui ont entraîné une flambée des prix à la consommation, selon des économistes locaux.

La crise des liquidités s'alimente de la baisse de la valeur de la livre et du "manque de confiance dans le système bancaire", a expliqué à l'AFP Ibrahim Onour, professeur de finances et d'économie à l'université de Khartoum.

- Cartes et chèques refusés -

La livre soudanaise a été dévaluée trois fois en 2018. Au taux officiel, un dollar s'échangeait en 2017 contre 6,75 livres et actuellement contre 47,5 livres (55 livres au marché noir).   

"On a commencé à retirer les livres pour les convertir en devises (...) ce qui a provoqué une hausse des prix qui à son tour a entraîné plus de demande de liquidités", a ajouté M. Onour.

"J'ai déposé mon argent à la banque mais je ne peux plus le retirer ou je ne peux le faire qu'à doses homéopathiques", déplore Mondather al-Rifaï, un commerçant de 30 ans.

Il regrette que ses carnets de chèques ne servent plus à rien, plus personne n'acceptant, selon lui, ce mode de paiement que les banques rechignent à faire endosser.

Les commerces et autres pourvoyeurs de service n'acceptent plus de cartes bancaires et préfèrent le liquide, comme le confirme un restaurateur asiatique sous le couvert de l'anonymat, en avouant 50% de baisse de son chiffre d'affaires.

Et d'expliquer que "la plupart des fournisseurs n'acceptent plus les cartes bancaires ni les chèques", ce qui fait qu'il devient difficile pour lui d'accepter ces mêmes modes de paiement.

Le manque de liquidités ne date pas d'hier. Il a précédé le soulèvement contre M. Béchir en décembre.

L'aide de trois milliards de dollars promise par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis peut aider à résorber la crise des liquidités, pensent certains comme Hachem Abdallah, un fonctionnaire de 45 ans.

"Cette aide est très insuffisante au regard des besoins actuels", juge toutefois M. Noun.

AFP

Ses derniers articles: Détention de l'activiste Sowore: le Nigeria sous le feu des critiques  Nigeria: quatre otages enlevés en juillet exécutés par des jihadistes  A Adelaide, la ville sud-africaine où il n'a pas plu depuis cinq ans 

crise

AFP

Au Mali, les limites de l'action politique face

Au Mali, les limites de l'action politique face

AFP

Au Zimbabwe, les arbres énièmes victimes de la crise économique

Au Zimbabwe, les arbres énièmes victimes de la crise économique

AFP

Elections en Namibie: une formalité pour le régime malgré la crise

Elections en Namibie: une formalité pour le régime malgré la crise

misère

AFP

En Ethiopie, les tensions ethniques nourrissent la misère

En Ethiopie, les tensions ethniques nourrissent la misère

AFP

Des chiffonniers de Tunis s'organisent pour sortir de la misère

Des chiffonniers de Tunis s'organisent pour sortir de la misère

AFP

En Afrique du Sud, la grande misère de la médecine anticancer

En Afrique du Sud, la grande misère de la médecine anticancer

Soudanais

AFP

Le barrage éthiopien sur le Nil bleu suscite l'espoir des paysans soudanais

Le barrage éthiopien sur le Nil bleu suscite l'espoir des paysans soudanais

AFP

De jeunes Soudanais dans la rue... pour atténuer la crise des transports

De jeunes Soudanais dans la rue... pour atténuer la crise des transports

AFP

Des milliers de Soudanais réclament la dissolution de l'ancien parti au pouvoir

Des milliers de Soudanais réclament la dissolution de l'ancien parti au pouvoir