SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - La dure épreuve du procès pour la jeune violée par trois policiers

La jeune Tunisienne violée par trois policiers a été entendue le 2 octobre par un juge d’instruction de Tunis. Il a décidé de l’inculper pour atteinte à la pudeur. Depuis le début de l’affaire, cette Tunisienne qui a préféré garder l’anonymat, n’est pas épargnée par la justice de son pays.

Violée et dans le box des accusés, elle ne lâche pas. Elle décide de maintenir sa plainte contre les trois policiers, en dépit de la pression morale et sociale qui s’abat sur elle et ses proches. Car certains Tunisiens remettent en question l’intégrité morale de la jeune fille  comme l’écrit une journaliste française présente sur les lieux à Tunis:

 

La lutte continue pour cette jeune Tunisienne «accusée d’obscénité ostentatoire préméditée», rapporte le site d’information Tuniscope.

Contrairement aux déclarations du ministre tunisien de la Justice Noureddine Bhiri, sur Express FM, affirmant que «la fille violée n’est pas accusée et que les médias ont gonflé l’affaire pour souiller notre image», le tribunal pourrait condamner la fille et son fiancé pour atteinte à la pudeur, précise le site Kapitalis.  

Elle est arrivée au tribunal, vêtue de lunettes et d’un voile noir. Son fiancé avait une serviette sur la tête. Sur les réseaux sociaux, les Tunisiens ont partagé et commenté le courage de la jeune femme. 

Depuis 8 heures du matin, des centaines de Tunisiens étaient postés devant le palais de justice pour dénoncer le recul des droits des femmes que constitue ce procès.

Photo du couloir du tribunal de grande instance de Tunis, publiée sur Instagram par @Liloone Photographer

Lu sur Tuniscope, Kapitalis

A lire aussi

La fille de Rached Ghannouchi réagit sur le viol

Tunisie - «Il m'a violé et vous restez tous silencieux»

Le blog Tawa Fi Tunis