mis à jour le

Des Maliens qui jubilent lors d'un match de Coupe d'Afrique des nations, 3 janvier 2002/ REUTERS/Antony Njuguna
Des Maliens qui jubilent lors d'un match de Coupe d'Afrique des nations, 3 janvier 2002/ REUTERS/Antony Njuguna

A Bamako, la guerre est loin

Vu de l'extérieur, le Mali est au bord de l'implosion. Pourtant, dans la capitale, Bamako, certains continuent de vivre dans une étrange ferveur et une forme d'insouciance. Reportage.

Un de nos confrères nigériens qui nous a rendu visite, il y a peu à Bamako, n’a pas manqué de nous faire remarquer son étonnement quant au flegme adopté par les populations, qui vaquent à leurs occupations habituelles, comme si de rien n’était.

«Du dehors, on imagine que les Bamakois sont sur le qui-vive et n’ont de souci que pour l’invasion islamiste qui a déjà occupé le nord du pays, alors que votre capitale n’a rien perdu de son bouillonnement et de son animation d’antan», avait confié ce confrère.

Avant d’ajouter:

«En côtoyant les gens dans leurs activités quotidiennes, on n’a pas l’impression qu’ils sont conscients de la situation dans laquelle se trouve leur pays. C’est seulement en discutant avec eux que l’on peut percevoir leur angoisse.» 

Se refaire une image à l'international

Effectivement, les informations distillées par certaines chaînes internationales basées en Europe affolent et tendent à faire croire que c’est presque fini pour le Mali.

Les faits sont grossis et le tableau noirci au point que les investisseurs et autres partenaires au développement ont tôt fait d’interrompre tous leurs programmes à destination de ce pays.

C’est pourquoi, à travers son jeune ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Tiéman Hubert Coulibaly, nommé à l’occasion de la formation du tout nouveau gouvernement dit d’union nationale.

Le Mali essaie de prouver à l’opinion nationale et internationale que la situation du pays n’est pas désespérée et que, en dehors de l’espace sous contrôle des groupes salafistes au nord du pays, les activités se déroulent correctement au niveau du reste du territoire.

C’est vrai que le coup d’Etat du 22 mars 2011 est venu en rajouter, semant la chienlit au sud du pays, notamment dans la capitale, Bamako, pendant presque quatre mois.

La tentative d’assassinat du président intérimaire, Dioncounda Traoré, que des manifestants ont trouvé jusque dans son palais pour le tabasser copieusement, en l’absence de sécurité pour le protéger, avait fini de ternir l’image du Mali et d’ancrer un sentiment de méfiance à l’étranger.

Mais, actuellement, on note un retour à la normale et la junte militaire du capitaine Amadou Sanogo, même si elle n’a pas totalement lâché la gestion des affaires publiques, se fait plus discrète.

Vivre sans stress ni peur

Si les choses tendent à se tasser sur le plan politique, c'est parce qu'actuellement, un semblant de consensus national est en train de se dessiner sur deux objectifs essentiels: d'abord, la libération des territoires occupés au nord du pays par ce qu'on appelle ici «l’Alliance du mal» (Ansar Dine-Aqmi-Mujao) et, ensuite, l’organisation d’élections libres et transparentes avec le fichier biométrique qui a été initié par le président renversé, Amadou Toumani Touré alias ATT, mais qui avait connu des retards dans sa mise en place.

En attendant, les Bamakois essaient de vivre sans stress ni peur. Pour eux, en effet, ce serait même donner raison aux islamistes que de leur montrer un brin de panique.

Bien au contraire, il faut garder la sérénité pour ne pas tomber dans leur jeu car de la zone où ils se trouvent, ils essaient d’envoyer des messages pour mettre le restant du pays et surtout la capitale sous tension, afin de pouvoir éventuellement en profiter avec leurs cellules dormantes.

«Le Mali plie, mais ne rompt jamais!»

Requinqués par ce slogan optimiste, les Maliens  tentent tant bien que mal de mener leur vie sans aucune pression. Et ce que cette pression vienne des islamistes ou de la Cédéao.

Seulement, voilà, malgré la sérénité affichée, il y a des  faits têtus qui rappellent la crise institutionnelle et sécuritaire: l’économie nationale est en train de s’effondrer, ouvrant la voie à certaines difficultés dont la plus durement ressentie est la flambée des prix des denrées de première nécessité.

Mais le Malien, pour ceux qui ne le savaient pas encore, est habitué à se débrouiller pour surmonter ce genre de crises économique et financière qui étaient une des principales caractéristiques des dernières années de règne du général Moussa Traoré (président de 1968 à 1991). Lequel disait à propos de la débrouille des fonctionnaires maliens qu’ils ne gagnaient pas beaucoup, mais qu’ils étaient riches.

A l'heure du Bamako by night

Il faut comprendre que le Malien est imbu de sa fierté et de sa dignité, c’est pourquoi il ne se laisse pas abattre par l'adversité et tente toujours de garder le moral.

C’est aussi à cause de cette fierté que des diatribes ont fusé de toutes les régions du pays contre la Cedeao qualifiée de «nouveau colonisateur».

En attendant de «bouter dehors les envahisseurs», comme on le dit à Bamako pour faire allusion aux islamistes qui occupent les régions de Tombouctou, Gao et Kidal plus une partie de celle de Mopti (la ville de Douentza), on travaille la journée et la nuit on chante et on danse.

En effet, celui qui fait une tournée dans Bamako-by-night aura du mal à croire que c’est ce pays qui est sous les feux de l’actualité et dont on est en train de discuter du sort aux Nations unies.

Et pour cause, les bourlingueurs n’ont pas changé d’habitude et les bars, restaurants et boîtes de nuit continuent leurs activités. Le dimanche et le jeudi, jours de mariage à Bamako, on est réveillé, tôt le matin, par les klaxons des cortèges interminables qui forment des bouchons au niveau des carrefours.

L'envers du décor est constitué par le secteur hôtelier et touristique qui souffre terriblement de la situation sécuritaire, au point que la plupart des hôtels sont presque devenus des édifices abandonnés.

Les Sénégalais doivent comprendre que le Mali est un énorme pays qui fait six fois la superficie du Sénégal. De sorte que la distance qui sépare les Bamakois de la zone occupée au nord du pays est presque égale au trajet Dakar-Bamako.

Pour dire quoi? Que ceux qui vivent dans la capitale malienne entendent seulement les informations sur la situation au nord du pays, mais ne la vivent pas directement.

Seuls ceux qui sont originaires des localités sous contrôle salafiste sont constamment sur le qui-vive et se sont même regroupés en Collectif  des ressortissants du nord (Coren) pour hâter le processus de libération des zones occupées.

Amadou Bamba Niang, Correspondant à Bamako du journal sénégalais Le Témoin

 

A lire aussi

Le Mali va-t-il tout simplement mourir de sa belle mort?

Les islamistes ne s'arrêteront pas au Nord-Mali

Le temps joue contre les populations du Nord-Mali

Amadou Bamba Niang

Amadou Bamba Niang, journaliste sénégalais installé à Bamako.

Ses derniers articles: Les Maliens du sud restent cool 

Amadou Sanogo

Nord-Mali

L'opération Serval et les risques de guérilla

L'opération Serval et les risques de guérilla

Mali

Les déplacés maliens se cherchent un chemin

Les déplacés maliens se cherchent un chemin

Nord-Mali

L'impossible réconciliation

L'impossible réconciliation

Amadou Toumani Touré

paroles d'expert

Au Mali, la guerre n'est pas finie

Au Mali, la guerre n'est pas finie

Mali

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Par Gilles Yabi

Militariser la société n'est pas une solution

Militariser la société n'est pas une solution

Ansar Dine

Opération Barkhane

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Laissés-pour-compte

Quand va-t-on s'occuper des enfants maliens?

Quand va-t-on s'occuper des enfants maliens?

Entêtement

Le vrai problème du Mali, c'est le MNLA

Le vrai problème du Mali, c'est le MNLA