SlateAfrique

mis à jour le

Kenya: Qui se cache derrière l'attaque mortelle de l'église?

Qui dit repli militaire, ne dit pas forcément victoire. L’armée kenyane engagée depuis près d’un an en Somalie pour combattre les Shebabs en est consciente. Au lendemain du départ des combattants islamistes de leur dernier bastion urbain au sud du pays, une église de la capitale kenyane est la cible d’une attaque à la grenade. Le dernier bilan fait état d'un enfant mort et de nombreux blessés. 

«L’attaque qui a visé l’église Saint-Polycarpe de Nairobi a fait plusieurs blessés parmi les enfants qui suivaient une leçon biblique à l’heure du culte dominical. La plupart des enfants ont été blessés lors de la bousculade qui a suivi l’incident. Un enfant aurait trouvé la mort, selon un journal local», rapporte la BBC.

Janet, une paroisienne ne réalise pas ce qu'il s'est passé. Elle témoigne:

«J'ai entendu une puissante explosion et j'ai entendu les enfants crier (...) J'ai vu des enfants blessés êtres emmenés en voiture à l'hôpital. Je suis choquée de ce que j'ai vu, des enfants blessés et couverts de sang. Pourquoi ont-ils attaqué cette église?», a-t-elle déclaré à l'AFP.

Un porte parole de la police attribue l’attaque à des militants du groupe somalien al Shebab. Plusieurs suspects ont déjà été arrêtés.

La veille, le porte-parole de l’armée kenyane craignait que le repli militaire ne soit qu' une occasion de contre-attaquer plus violemment. Aux portes de la ville de Kismayo, contrôlé d’une main de fer depuis plusieurs années par les Shebabs, les armées somaliennes et kenyanes restent prudentes.

Conjointement, elles ont lancé un assaut vendredi 28 septembre afin de déloger les combattants d’al Shebabs de la ville portuaire.

Mais depuis l’ engagement militaire du Kenya en Somalie, les actes de violence se multiplient. Nairobi, la capitale, ainsi que la ville portuaire de Mombassa, dans le sud, ont été la cible d'attaques à la grenade.

«En juillet, 15 personnes ont trouvé la mort dans des attaques contre des églises à Garissa, non loin de la frontière somalienne»,précise la BBC.

Ces attaques d’églises rappellent celles orchestrées par le groupe radical djihadiste Boko Haram au Nigéria. 

Lu sur BBC

A lire aussi

Les Shebabs à la déroute

Somalie: Les islamistes ont-ils un avenir?

Les inquiétantes mutations africaines d'al-Qaida

Pourquoi il faut avoir peur de Boko Haram