mis à jour le

Bénin: retour au calme

Le calme semblait revenu vendredi matin à Cotonou où des militaires continuaient à bloquer le périmètre autour de la maison de l'ancien président béninois Boni Yayi, après deux jours de violences post-électorales ayant fait au moins deux morts dans le pays.

Les rues de la capitale économique du Bénin avaient retrouvé leur animation habituelle, a constaté un journaliste de l'AFP. 

"La nuit a été calme", confiait un proche de Boni Yayi, dans sa résidence du quartier de Cadjehoun, un quartier populaire de Cotonou. "Les soldats sont toujours en bas, mais ils savent que s'ils viennent pour l'arrêter, la population va le défendre", a ajouté cette source. 

Tard dans la soirée de jeudi, le président de la Cour Constitutionnelle a annoncé les résultats définitifs des élections législatives de dimanche, auxquelles l'opposition n'avait pas été autorisée à prendre part, officiellement pour des raisons administratives.  

Elles ont été marquées par un faible taux de participation, 27,1% selon Joseph Djogbenou, l'un des hommes forts de la présidence de Patrice Talon, contre 23% annoncés mercredi par la commission électorale dans ses résultats préliminaires. 

Il a jugé que les "irrégularités" et les "perturbations" enregistrées pendant le vote n'étaient pas de nature à "compromettre la validité du scrutin". 

Deux partis proches du pouvoir, le Bloc républicain et l'Union progressiste, se partageront les 83 sièges du Parlement.

Boni Yayi (2006-2016), ainsi qu'un autre ancien président, Nicéphore Solglo (1991-1996), avaient appelé les Béninois à boycotter ce scrutin qu'ils ont qualifié de "coup d'Etat électoral", puis ont lancé un ultimatum au président pour annuler le vote. "Talon marchera sur nos corps" avant d'entériner le nouveau Parlement, avait averti Boni Yayi.

Des centaines de personnes s'étaient rassemblées dans le centre de Cotonou, autour du domicile de Boni Yayi, dès mercredi après-midi, craignant que la police ne vienne arrêter l'ex-président. 

Mercredi soir, deux personnes ont été tuées, une femme à Cotonou et un jeune homme de 19 ans à Kandi, dans le nord du pays, où la population a mis le feu à une importante usine de coton, secteur dans lequel Patrice Talon a fait fortune avant de se lancer en politique.

Jeudi, après deux jours de violences, l'armée et la police républicaine ont dispersé les manifestants en tirant à balles réelles sur la foule, faisant trois morts selon l'opposition.  

AFP

Ses derniers articles: Le prince Harry en voyage officiel en famille en Afrique australe la semaine prochaine  Au Liberia, le réconfort dans la prière après la mort d'une trentaine d'enfants  RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France 

Cotonou

AFP

Au Bénin, les habitants pleurent l'un des plus vieux quartiers de Cotonou

Au Bénin, les habitants pleurent l'un des plus vieux quartiers de Cotonou

AFP

CAN-2019: euphorie

CAN-2019: euphorie

AFP

Bénin: l'armée déloge les manifestants

Bénin: l'armée déloge les manifestants

retour

AFP

RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France

RDC: Koffi Olomide dans la tourmente de la censure avant son retour en France

AFP

Au Gabon, le difficile retour

Au Gabon, le difficile retour

AFP

Afrique du Sud: retour progressif

Afrique du Sud: retour progressif

violences

AFP

L'Afrique du Sud va renforcer la répression des violences faites aux femmes

L'Afrique du Sud va renforcer la répression des violences faites aux femmes

AFP

Afrique du Sud: l'Etat sommé de venir en aide aux femmes victimes de violences

Afrique du Sud: l'Etat sommé de venir en aide aux femmes victimes de violences

AFP

Violences xénophobes: près de 200 Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud

Violences xénophobes: près de 200 Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud