SlateAfrique

mis à jour le

L'Algérie dit NON aux compagnies «low cost»

L’Algérie boude le low cost, alors que de nombreux ressortissants algériens le réclament depuis de nombreuses années. Rentrer en Algérie l’été ou voyager tout simplement à l’international coûte cher. Les Algériens ont un choix très mince: soit Air Algérie soit Aigle Azur.

Beaucoup estiment «les prix des billets pratiqués par les deux compagnies trop élevés», rapporte le site d’information Dernières Nouvelles d’Algérie.

Un député FLN-France s’est fait le relai de cette demande des ressortissants algériens installés à l’étranger. Il a donc suggéré la création d’une compagnie aérienne publique-privée de type «low cost» qui couvrirait la même liaison à des tarifs inférieurs à 250 euros.

Mais pour le ministre des Transports, la création d’une telle société «ne serait rentable pour l’Algérie qu’avec un seuil minimum des transferts de devises vers le pays.» Et celui-ci ne serait pas atteint.

«La communauté algérienne à l’étranger fait entrer au pays un (1) milliard de dollars par an et c’est insuffisant pour rentabiliser la création d’une compagnie aérienne low cost», a-t-il affirmé cité par l'APS.

Au final, les deux seules compagnies aériennes bénéficient d’un monopole partagé sur le ciel algérien. Un monopole qui freine toute ouverture à la concurrence sur ce marché de l’aviation. De son côté, le PDG d’Air Algérie dément les accusations d'entente tarifaire avec son principal concurrent Aigle Azur.

Le Low cost peine à faire sa place dans le marché de l’aviation en Algérie, et en Afrique en général.Dernièrement seul le fondateur d’Easyjet, la compagnie aérienne britannique à bas coûts, Stelios Haji-Ioannou, n’a pas résisté au potentiel économique africain.

En s’associant au fonds d’investissement Rubicon, dont il détient 5% des parts et à Lonhro Aviation (groupe spécialisé dans le transport aérien), Sir Stelios Haji-Ioannou et sa holding Easygroup vont lancer Fastjet, une compagnie aérienne low cost dans le continent africain.

La nouvelle compagnie effectuera des vols dans quatre pays stratégiques en Afrique, le Ghana,la Tanzanie, leKenya et l’Angola.

Les Algériens devront attendre encore quelques années…

Lu sur Dernières Nouvelles d'Algérie

A lire aussi

Fastjet, une compagnie «low cost» dans le ciel africain

Le décollage de l'Afrique passe par les aéroports