SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - «Il m'a violée et vous restez tous silencieux» (VIDEO)

Une victime de viol dans le box des accusés. Une affaire qui secoue la Tunisie
depuis plusieurs jours, rapelle le site RFI. Pour l’une des avocates de la victime violée par trois
policiers, ce dossier montre combien les droits des femmes sont menacés: 

«Le
procureur de la République suit les ordres du ministre de la Justice. Donc il a
pris une décision sous instruction. Depuis l’arrivée
de ce gouvernement, plusieurs tentatives d’harcèlement, d’atteinte aux droits
des femmes dans les espaces publics commencent à être tolérés, d’une manière
ou d’une autre».

Depuis, les trois policiers ont toutefois été incarcérés. De son
côté, la victime a déclaré qu’elle n’envisageait pas de renoncer à sa plainte, rapporte le site tunisien Gnet.tn

Cette triste
affaire est-elle révélatrice d’une condition féminine en danger dans le pays? La
ministre des affaires de la femme et de la famille Sihem Badi tire clairement
la sonnette d’alarme:

«Ce qui fait le plus mal, c'est que ce viol a été
commis par personnes qui appartiennent à une institution sur qui nous comptons
pour mettre fin aux agressions que subissent les femmes. Le fait qu'elle soit
accusée d'atteinte à la pudeur ne justifie pas l'acte commis par ces gens. Il
est temps de s'occuper des femmes agressées. Le fait que cette jeune femme ait
parlé va peut être nous aider à franchir un nouveau pallier».

Les
violences envers les femmes ne sont pas marginales en Tunisie. La ministre a
donc appelé à les combattre par tous les moyens, notamment par l’ouverture de
centres d’accueil pour les femmes agressées.

«Ce qui
s'est passé ne fait que nous responsabiliser davantage»
, affirme-t-elle avant d’annoncer
que 47 % de femmes en Tunisie ont été victimes d’agressions physiques ou
verbales. Un chiffre qui ne comprend pas toutes les femmes qui se taisent par
peur d’être montrées du doigt par ceux qui considèrent que la femme est
responsable de son viol.

«La
Tunisie ne peut se vanter d'avoir fait une révolution si la dignité de la femme
n'est pas protégée»,
affirme la ministre.

Un clip
vidéo en arabe, posté à la suite du viol de la jeune Tunisienne, dénonce les agressions et les atteintes à la dignité de la femme:

«Il m’a
violée…et vous êtes tous silencieux»,
lit-on sur la poitrine de la femme
agressée.

Lu sur Gnet.tn, RFI, Minute buzz MaghrebA lire aussiViolée puis coupable, le règne de l'impunité

Violée par des policiers, elle est sur le banc des accusés