SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Le débat sur la censure de la pornographie n'est pas tranché

Pour ou contre la pornographie? A la suite du débat sur le blocage des sites à caractère pornographique au Sénégal soulevé par le Fond africain pour la défense des enfants, l’association est passée à la vitesse supérieure pour la satisfaction de cette doléance.

Les membres dudit Fond et des sympathisants ont sillonné le 27 septembre plusieurs artères de la capitale sénégalaise pour demander aux nouvelles autorités d’appliquer la loi contre la pornographie, la pédophilie et la zoophilie, rapporte l’Agence de  presse sénégalaise (Aps).

«Notre association a marché aujourd'hui, pour exiger tout simplement l’application stricte de la loi en demandant des mesures pour bloquer l’accès à tous les sites pornographiques susceptibles d’être vus par les enfants», a indiqué le président de l’association, Massamba Mbaye.

«Nous savons que c’est important de libéraliser et de faciliter l’accès à Internet au Sénégal, mais nous pensons que la protection des enfants conformément aux lois et règlements du pays est beaucoup plus importante car il y va de notre sécurité nationale et de l’avenir de notre nation», a-t-il soutenu.

Le Fond africain pour la défense des enfants estime que «lutter énergiquement contre la pornographie et sa vulgarité sur Internet, contribue à assainir l’atmosphère sociale et à protéger les mineurs», car croit-il la jeunesse encourt un «pervertissement irréparable». Il appelle de ce fait, le président Macky Sall, de même que le ministre de la Communication et des Tics, Abou Lô, à sortir de leur mutisme et à prendre des mesures concrètes.

Mais il n’y a eu aucune réaction du gouvernement sénégalais. De plus, ce projet de loi divise la société civile. D’aucuns estiment qu’une telle interdiction, serait une entrave à la liberté individuelle.

Lu sur APS

A lire aussi

Sénégal, la tyrannie du sexe

Les dix destinations du tourisme sexuel en Afrique

Sexe, vidéo et mensonge à la sauce sénégalaise