mis à jour le

REUTERS/Thomas Mukoya
REUTERS/Thomas Mukoya

La circoncision tranquille

Les conseils d'un pédiatre pour pratiquer la circoncision dans de bonnes conditions d'hygiène.

Le Pr Olivier Reinberg, médecin adjoint au Service de chirurgie pédiatrique au CHUV (Centre hospitalier universitaire vaudois) à Lausanne, explique en détail comment il procède pour une circoncision, Et pourquoi il faudrait toujours l’effectuer en milieu hospitalier afin de réduire au maximum les risques opératoires.

Au CHUV et à l'HEL (Hôpital de l’enfance) à Lausanne, les circoncisions s’effectuent en ambulatoire. L’enfant, accompagné par l’un de ses parents, est anesthésié le matin, puis, après l’opération, il reste en observation quelques heures, les plus petits enfants jusqu’en fin d'après-midi pour éviter tout risque d’apnée. Il peut sortir après avoir fait son premier pipi.

«Souvent après l’anesthésie, les enfants ont de la peine à uriner, ou craignent de le faire», commente le Professeur Reinberg.

Comment doit se passer la circoncision?

La circoncision consiste à enlever toute la peau du prépuce jusqu’au sillon situé à la base du gland. Pour ce faire, il existe plusieurs techniques.

 Au CHUV, elle se fait «à mains libres» en s’adaptant au patient. Le chirurgien commence par décalotter le prépuce et couper le frein du pénis (peau qui retient le prépuce sur la face inférieure du gland) pour éviter de blesser le gland. Ensuite, il coupe la peau autour du gland, en tirant le prépuce à l’aide de deux pinces. Il pose une pince de travers sur la peau ainsi étirée  et coupe ensuite la partie de peau du prépuce qui se trouve au-dessus de la pince.

Comme il s’agit d’une partie du corps très vascularisée, le médecin va ensuite soigneusement coaguler tous les vaisseaux. A défaut d’une bonne coagulation, la cicatrice va saigner. C’est sans gravité mais désagréable pour l’enfant. Les deux petits feuillets restants sont ensuite repliés et cousus autour du gland avec du fil résorbable.

Après l’opération le Pr Reinberg ne pose pas de pansement. La verge est simplement enduite d’une pommade grasse. L’enfant peut ainsi se baigner, jouer, aller à l’école, etc. sans risque d’infection. Il risque d’avoir quelques douleurs, mais pas dans tous les cas.

«Les parents reçoivent des antidouleurs (paracétamol) à donner à l’enfant circoncis en cas de besoin, rapporte ainsi le chirurgien. Deux semaines après l’intervention, un quart des parents n’a pas utilisé d’antidouleur et un quart seulement pendant les quatre premiers jours

La cicatrice elle-même n’est pas douloureuse, mais une goutte d’urine peut provoquer une petite brûlure passagère. Si une fois rentré, l’enfant n’arrive pas à uriner, ou s’il présente un gros hématome, il est impératif de consulter le chirurgien!

Les risques liés à l'opération

Comme pour toute opération, le risque d’infection et de saignements n’est pas exclu lors d’une circoncision. «Mais ce risque est quasi nul en milieu hospitalier, lorsque l’opération se fait dans de bonnes conditions de propreté», note le Pr Reinberg.

«Par contre, il m’arrive d’avoir à «récupérer» des patients qui ont subi une circoncision traditionnelle à domicile, par des non spécialistes et avec du matériel pas forcément adéquat ni stérilisé

Parmi les principaux accidents, que le Pr Reinberg a constatés après des circoncisions mal exécutées, notamment de manière traditionnelle:

  • Une résection insuffisante du prépuce, donnant à la verge un aspect en «chou fleur» (aspect pseudo éléphantiasique de la verge), nécessitant une 2e intervention.
  • Une fistule urétro-cutanée soit une ouverture dans la peau de la verge avec de l'urine qui coule sous la verge, due à une coagulation trop profonde du frein. Cela nécessite une réparation par la chirurgie.
  • L'amputation totale ou partielle du gland. Un accident difficile à récupérer, car le gland restera toujours cicatriciel.
  • Une circoncision trop longue, peu esthétique, qui peut s’arranger par une 2e intervention.
  • Des hématomes, qui finissent par disparaître sans autres.
  • Une cicatrisation hypertrophique (trop forte) et une sténose (rendant la peau dure). Dans ce cas, il faut recommencer l’opération.

«Toute opération présente des risques. Et si on peut éviter une circoncision qui n’a pas de fondement médical, c’est préférable. Mais il faut mettre dans la balance les intérêts du patient. Si l’enfant risque de ne pas être accepté au sein de sa communauté, il faut la faire. Et pour éviter ces accidents, nous recommandons de l’effectuer dans un hôpital spécialisé dans la prise en charge des enfants».

A relever encore que la circoncision, faite dans de bonnes conditions d’hygiène et par un spécialiste, ne laisse aucune cicatrice.

La plastie du prépuce, une alternative à la circoncision

Alternative à la circoncision pour certains, l’opération d’élargissement du prépuce permet de le conserver, tout en devenant rétractable. Cette opération est notamment utilisée en cas de phimosis (rétrécissement du prépuce) sévère ou de balanites à répétition notamment.

L’anneau de peau trop serré est sectionné au scalpel et recousu de travers, pour être plus large. A noter qu’il est important que la rétraction du prépuce soit faite immédiatement après l’opération, ce qui peut être difficile pour certains enfants, qui redoutent la douleur.

Les soins postopératoires sont identiques à ceux de la circoncision.

Ellen Weigand

Cet article a été d'abord publié sur Planète Santé

A lire aussi

Sida : mieux vaut circoncir que guérir?

Exorciser l'excision, de la théorie à la pratique

Pierre Foldès, l'homme qui a inventé la chirurgie réparatrice

Sida : les dangers méconnus d'une contraception

Sida : trente ans après, la capote reste capitale

Tanzanie : Du soda avec vos médicaments contre le sida

 

 

 

 

 

 

Ellen Weigand

Journaliste à Planète Santé

Ses derniers articles: La circoncision tranquille 

circoncision

AFP

Circoncision traditionnelle en Afrique du Sud: au moins 14 morts depuis janvier

Circoncision traditionnelle en Afrique du Sud: au moins 14 morts depuis janvier

VIH

Au Rwanda, on fait circoncire en masse

Au Rwanda, on fait circoncire en masse

Djamila Ould Khettab

Juifs et musulmans farouchement opposés

Juifs et musulmans farouchement opposés

médecine

Science

L'odeur des poulets repousse les moustiques porteurs du paludisme

L'odeur des poulets repousse les moustiques porteurs du paludisme

AFP

En Sierra Leone, Ebola a changé le rapport

En Sierra Leone, Ebola a changé le rapport

Médecine

Au Kenya, utiliser son smartphone pour réduire les risques de cécité

Au Kenya, utiliser son smartphone pour réduire les risques de cécité

santé

AFP

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

Santé

Les enfants tanzaniens sont les plus en forme au monde

Les enfants tanzaniens sont les plus en forme au monde

AFP

La princesse Anne annule un voyage en Afrique pour raison de santé

La princesse Anne annule un voyage en Afrique pour raison de santé