mis à jour le

Ouganda: l'opposant Bobi Wine inculpé et placé en détention

Le député d'opposition ougandais Bobi Wine, devenu l'un des plus virulents critiques du président Yoweri Museveni, a été inculpé lundi pour ne pas avoir déclaré une manifestation en 2018 et placé en détention jusqu'à jeudi, a-t-on appris auprès de son avocat.

Le député a été inculpé avec quatre membres de son entourage, dont son frère.

"Les cinq ont été, de façon surprenante, inculpés pour s'être soustraits à une obligation légale. L'Etat affirme que mes clients ont organisé une manifestation en juillet 2018 pour dénoncer une taxe contre les médias sociaux sans en avoir notifié la police", a expliqué à l'AFP son avocat Asuman Basalirwa.

"Le procureur affirme en outre que les accusés ont refusé de coopérer avec la police pour s'assurer que les manifestants soient non armés et pacifiques", a ajouté l'avocat, précisant que ses clients avaient nié les charges retenues contre eux.

Une nouvelle audience a été fixée au 2 mai, date à laquelle les avocats des cinq hommes devraient plaider leur remise en liberté sous caution.

Bobi Wine avait été interpellé lundi matin tandis qu'il se rendait à une convocation de la police, 48 heures à peine après la levée samedi d'une assignation à résidence de cinq jours.

Plus connu sous son nom d'artiste Bobi Wine, Robert Kyagulanyi, 37 ans, est devenu le porte-parole d'une jeunesse ougandaise urbaine et souvent très pauvre qui ne se reconnaît pas dans le régime vieillissant du président Yoweri Museveni (74 ans), au pouvoir depuis 1986.

M. Museveni est le seul président que la plupart des Ougandais connaissent, dans un pays où un habitant sur deux a moins de 16 ans. A l'initiative du parti au pouvoir, la Constitution a été récemment modifiée pour supprimer la limite d'âge pour briguer la présidence, l'autorisant ainsi à se présenter pour un sixième mandat en 2021.

Plusieurs députés d'opposition ont vivement condamné l'inculpation de leur collègue, relevant que l'infraction présumée remontait à l'été 2018.

"Tout cela est ridicule. Comment peuvent-ils amener devant la cour un dossier de 2018? C'est une campagne d'Etat pour s'assurer que Bobi Wine échoue dans ses objectifs politiques", a ainsi dénoncé Moses Kasibante.

Ces derniers mois, visiblement inquiètes de sa notoriété grandissante, les autorités ont à plusieurs reprises empêché Bobi Wine de se produire en public.

Il avait été assigné à résidence le 23 avril, au lendemain de son interpellation alors qu'il tentait d'accéder au site d'un concert interdit par les autorités.

En novembre, un de ses concerts avait toutefois été autorisé après que le chanteur se soit engagé à ne pas en faire un événement à caractère politique.

AFP

Ses derniers articles: Massacre en Centrafrique: trois jours de deuil national  En Tunisie, le pèlerinage juif de la Ghriba a retrouvé des couleurs  Botswana: réactions passionnées après le rétablissement de la chasse aux éléphants 

détention

AFP

Algérie: la pasionaria trotskiste Louisa Hanoune en détention provisoire

Algérie: la pasionaria trotskiste Louisa Hanoune en détention provisoire

AFP

Imbroglio autour de la détention d'un enquêteur de l'ONU en Tunisie

Imbroglio autour de la détention d'un enquêteur de l'ONU en Tunisie

AFP

Brazzaville: durcissement des conditions de détention du général Mokoko

Brazzaville: durcissement des conditions de détention du général Mokoko