SlateAfrique

mis à jour le

Les deux Soudans se réconcilient mais ne règlent rien

Après quatre jours de pourparlers, le Soudan et le Soudan du Sud sont parvenus à un accord partiel à Addis Abeba, capitale de l'Ethiopie, rapporte le site BBC Afrique. Le texte, destiné à mettre un terme à plusieurs mois de tensions, a été signé le 27 septembre.

Même si cet accord ne règle pas les principaux différends territoriaux, il écarte la menace d’une prochaine guerre entre les deux pays, après les combats frontaliers les ayant opposé entre mars et mai derniers.

«Aujourd'hui est un grand jour dans l'histoire de notre région et en particulier du Soudan et du Soudan du Sud ; nous assistons à la signature de l'accord de coopération qui met un terme à un long conflit entre nos deux pays», a déclaré le président sud-soudanais Salva Kiir à l'issue de la cérémonie de signature, en présence de son homologue soudanais Omar el-Béchir.

Cet accord partiel repose sur les questions de la production de pétrole et de sa redevance. Il prévoit la reprise de la production pétrolière du Soudan du Sud, dont l’arrêt depuis janvier avait plombé les économies des deux pays. Depuis son indépendance du Soudan en juillet 2011, le Soudan du Sud a hérité de deux-tiers des réserves pétrolières du territoire d’avant la sécession.

C'est ainsi que la quasi-totalité des revenus du Soudan du Sud dépend du pétrole brut, rappelle BBC Afrique. 

Dans cet accord, il y a également un volet qui concerne la création de zones-tampons à leurs frontières. Les présidents du Soudan Omar el-Béchir et du Soudan du Sud Salva Kiir se sont finalement accordés à prévoir une zone démilitarisée sur dix kilomètres à la frontière entre les deux pays.

En revanche la question des zones frontalières contestées, ainsi que le statut de la région d’Abyei  —un territoire grand comme le Liban, à la frontière entre les deux pays— demeure une des principales pierres d’achoppement, selon des diplomates sur place, rapporte le quotidien français Libération

Lu sur BBC Afrique

A lire aussi

Que faire d'Omar el-Béchir?

Soudan: terreur à Abyei

La guerre du pétrole soudanais

Pas de printemps pour le Soudan