SlateAfrique

mis à jour le

Barack Obama n'est pas Harry Potter

L’Obamania est très vite retombée. Quatre ans après son élection à la tête des Etats-Unis, les Américains ont fini par briser le mythe de l’homme qui leur a promis le «changement».  

Dans «Barack Obama, la grande désillusion», André Kaspi, historien français, spécialiste des questions américaines, dresse un bilan de fin de mandat mi-figue mi-raisin, apprend-on sur Youphil.

Dans cet ouvrage, l’historien français tente de «briser le miroir», et rappelle que «tous les Américains ne sont pas obamaniaques». 

Au cours de ses quatre années de mandat, Barack Obama a dû faire beaucoup de compromis, essuyé pas mal d’échec et même renié certaines de ses promesses. Et ce, malgré sa volonté de vouloir conduire les Etats-Unis vers le «changement».

Des idées et des promesses plein la tête, au lendemain de son investiture en janvier 2008. Obama n’hésite pas à aller manger dans un fast-food ou même à chanter Al Green lors d’un dîner de gala, à promettre une couverture médicale pour tous, une aide aux PME, l’augmentation de la pension de retraite, souligne l’auteur. Mais le bilan reste mitigé.

Barack Obama ne tient pas toutes ses promesses de campagne. Il ne ferme pas Guantanamo, sa politique sur le réchauffement climatique a presque échoué, la relance de l’économie ne profite pas particulièrement aux petites entreprises et la dette croît à un rythme exponentiel, imposant du coup une augmentation du plafond autorisé.

Pour l’auteur, Barack Obama a simplement sauvé les meubles. Le taux de chômage a baissé depuis 2008, mais il reste tout de même très haut (8,3% de la population active).

Un inventaire bien loin des superpouvoirs qu'on attribuait presque à Obama lors de son élection.

Même si la désillusion est grande, André Kaspi salue le volontarisme du premier président noir des Etats-Unis, qui malgré ses efforts consentis, n’a pas pu changer d’un coup de baguette magique la vie des Américains durant ce quinquennat.

Lu sur Youphil

 

A lire aussi

Pourquoi Obama ne fait plus rêver les Africains

Barack obama n'est pas ton ami

La mère de Barack Obama, descendante d'esclave noir