mis à jour le

Après le cyclone Kenneth, le Mozambique redoute des inondations "dévastatrices"

Des dizaines de milliers de personnes étaient menacées dimanche dans l'extrême-nord du Mozambique par la montée "dévastatrice" des eaux consécutive au passage dévastateur du cyclone Kenneth, qui a déjà causé au moins 5 morts et d'importants dégâts.

Les fortes pluies qui ont repris dès l'aube sur toute la région du Cabo Delgado ont provoqué les premières inondations dans plusieurs quartiers de la capitale provinciale, Pemba, et dans les régions alentour, selon des journalistes de l'AFP.

Encore verts il y a à peine vingt-quatre heures, de nombreux champs de la lisière de la ville ont été envahis par les eaux.

"Il pleut énormément depuis dimanche matin, on s'attend à des inondations violentes dans Pemba et autour", a déclaré une porte-parole du Programme alimentaire mondial, Deborah Nguyen.

"On est très inquiets car les prévisions anticipent de fortes pluies pendant les quatre jours qui viennent", a ajouté Mme Nguyen, "on estime que le niveau des précipitations sera deux fois supérieur à celui qui a accompagné le cyclone Idai qui a frappé la ville de Beira le mois dernier".

Il y a six semaines, Idai a touché Beira, la deuxième ville du Mozambique, puis l'est du Zimbabwe, faisant un millier de morts et des centaines de milliers de sans-abri.

A un millier de kilomètres plus au nord, c'est désormais au tour de Pemba et de ses 400.000 habitants d'être menacés.

- 'On a peur' -

"Des maisons ont commencé à s'écrouler dans le quartier de Natite, selon nos équipes de secours. Nous redoutons malheureusement des inondations dévastatrices en conséquence du #CycloneKenneth", a tweeté dimanche le Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU.

Selon les chiffres des autorités mozambicaines donnés aux ONG, 200.000 personnes sont menacées à Pemba.

Dans le petit village de Mieze, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Pemba, des dizaines d'habitants étaient réunis dans l'attente d'une évacuation par bateau.

"On est inquiet à cause des inondations, on ne sait pas où il va y en avoir", a confié à l'AFP l'un d'eux, Filomeno Sira, 45 ans. "Le gouvernement nous a dit de monter au sommet de la colline si l'eau continuait à monter. On a peur parce qu'on ne sait rien".

Le Premier ministre mozambicain, Carlos do Rosario, a fait état samedi d'un bilan provisoire de 5 morts. Plus de 3.300 habitations ont également été détruites ou partiellement endommagées, selon l'Institut mozambicain de gestion des situations d'urgence.

Plusieurs agences de l'ONU ont déployé des équipes d'intervention à Pemba.

Au nord de la capitale provinciale, la ville de Macomia pansait ses plaies dimanche. Habitations et commerces détruits, toits arrachés, arbres et pylônes électriques à terre. Kenneth y a causé d'importants dégâts.

- 'Retour à la normale' -

"Les services de la météo nous avaient informés de l'arrivée du cyclone mais nous n'en avons réalisé la force que quand il nous a frappés", a raconté à l'AFP le maire Fernando Neves. "Nous essayons maintenant de reconstruire nos vies et de revenir à la normal"; "C'est très dur".

Dans le centre de santé de la ville, le personnel médical est contraint de faire avec les moyens du bord, privé d'alimentation électrique comme ses 90.000 habitants et de médicaments.

"Ce patient n'a pas mangé et nous n'avons pas d'antipaludéens", s'est plaint l'infirmier Joaquim Benedito en pointant du doigt un adolescent de 15 ans atteint de malaria, "il dormait dehors quand le cyclone a frappé la côte".

La région frappée par Kenneth est nettement moins peuplée que celle de Beira, dévastée par Idai. Elle est toutefois très fragilisée depuis un an et demi par les raids meurtriers d'un groupe jihadiste que l'armée ne parvient pas à contrôler.

Avant d'atteindre le continent, Kenneth est passé au large du petit archipel des Comores.

Il y a fait au moins 5 morts, selon un bilan publié samedi par le directeur de la Sécurité civile locale, Ismael Mugne Daho. "Nous avons enregistré 41.161 personnes affectées, 14.541 personnes déplacées et 189 blessés", a-t-il ajouté.

AFP

Ses derniers articles: Présidentielle en Tunisie: sanctionné dans les urnes, le parti Ennahdha joue gros  Le Gabon, 1er pays africain payé pour ses efforts contre la déforestation  L'OMS accuse la Tanzanie de rétention d'information sur des cas possibles d'Ebola 

cyclone

AFP

A Beira, les sinistrés du cyclone Idai doivent se passer de tout, même du pape

A Beira, les sinistrés du cyclone Idai doivent se passer de tout, même du pape

AFP

Sur une île mozambicaine détruite par le cyclone Kenneth, un ramadan de réfugié

Sur une île mozambicaine détruite par le cyclone Kenneth, un ramadan de réfugié

AFP

Mozambique: premiers cas de choléra confirmés après le cyclone Kenneth

Mozambique: premiers cas de choléra confirmés après le cyclone Kenneth

inondations

AFP

Niger: les sinistrés des inondations se réfugient sur les hauteurs de Niamey

Niger: les sinistrés des inondations se réfugient sur les hauteurs de Niamey

AFP

Niger : 57 morts et 130.000 sinistrés dans des inondations depuis juin

Niger : 57 morts et 130.000 sinistrés dans des inondations depuis juin

AFP

Inondations au Maroc: 17 morts dans l'accident d'un bus emporté par une crue

Inondations au Maroc: 17 morts dans l'accident d'un bus emporté par une crue

Mozambique

AFP

Le pape au Mozambique pour marteler son appel

Le pape au Mozambique pour marteler son appel

AFP

Le pape François au chevet des déshérités du Mozambique et Madagascar

Le pape François au chevet des déshérités du Mozambique et Madagascar

AFP

Le pape François chez les déshérités du Mozambique et de Madagascar

Le pape François chez les déshérités du Mozambique et de Madagascar