SlateAfrique

mis à jour le

Kenya - Ces politiciens qui appellent à la haine contre les Masaï

«Nous ne voulons voir aucun Masaï ici à Kayole», dans la banleiue de Nairobi la capitale kényane. 

«Nous allons mettre à sac immédiatement tous les commerces qui emploient des Masaï».

Ces propos risquent de coûter cher à Ferdinand Waititu, un ministre adjoint à l'Eau et l'Irrigation au Kenya, 

Ferdinand Waititu est en effet présenté le 27 septembre au haut magistrat principal de Nairobi, Paul Biwott.

Le procureur général kenyan avait ordonné l’arrestation du vice-ministre pour ces déclarations appelant ouvertement à la haine anti Masaï, dans un pays où les violences inter-ethniques ont déjà provoqué plusieurs troubles de grande ampleur.

Ferdinand Waititu est ainsi accusé d’avoir tenu des propos extrêmement virulents dans une vidéo enregistrée par la Télévision Nationale Kenyane et postée sur YouTube, à la suite du meurtre d’un enfant par un garde de sécurité présumé Masaï à Kayole, indique la BBC.

Trois personnes ont trouvé la mort le 24 septembre dans les émeutes provoquées par cet appel.

Plus tôt dans le mois, un autre ministre avait été accusé d’avoir propagé un appel à la haine contre les Masaï ayant entraîné la mort d’une centaine de personnes.

Les provocations de cet ordre risquent à l’évidence de se multiplier avant les élections législatives prévues en mars 2013, explique la BBC.

Des violences mortelles avaient déjà émaillé les élections présidentielles de 2007, provoquant la mort de 1.300 personnes et  faisant 300.000 déplacés. Pour éviter qu’un tel scénario ne se reproduise, la constitution kenyane adoptée en août 2010 prévoit que tout ministre accusé d’infraction doit démissionner, et ne peut briguer de nouveau mandat que s’il est acquitté.

Les propos de M. Waititu ayant en outre été condamnés unanimement par la classe politique kényane, ce dernier a été obligé de présenter des excuses, y compris auprès des membres de son parti.

Les dirigeants Masaï ont toutefois rejeté ces excuses qu’ils trouvent inappropriées: ces derniers refusent que M. Waititu reste impuni, et ont manifesté pour réclamer sa condamnation.

Lu sur BBC News

A lire aussi

Les députés Kényans, les mieux payés d'Afrique

Kenya : les shebabs adoptent la méthode Boko Haram

Kenya : les violences planifiées avant le scrutin de 2007

L'enfer des migrants est-africains vers l'Afrique du Sud