SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Violée par des policiers, elle est sur le banc des accusés

La jeune tunisienne qui avait porté plainte pour viol contre deux agents de police a été convoquée devant le juge d’instruction… en qualité d’accusée.

Dans la nuit du 3 au 4 septembre, trois policiers avaient intercepté la jeune femme et son fiancé dans une voiture à Ain Zaghouan, dans la banlieue de Tunis.Tandis qu’un des agents maintenait son fiancé à l’écart, la jeune tunisienne avait été violée par les deux autres, a rapporté l’AFP.

La polémique, déjà forte au moment des faits n'est pas près de s'arrêter en Tunisie, et pour cause: la jeune fille et son fiancé ont été convoqués le 26 septembre pour une confrontation avec les policiers soupçonnés de viol. En fait, la jeune tunisienne est passée du statut de victime à celui d’accusée: elle est poursuivie pour «outrage public à la pudeur».

«Le Ministère de l'Intérieur n'a cherché qu'à protéger ses agents, en essayant de minimiser le crime qu'ils ont commis et en diabolisant la victime» s’est indignée la blogueuse Lina Ben Mheni sur son site A tunisian girl.

Au début du mois, déjà, le ministère de l’Intérieur s’était attiré les foudres des mouvements féministes lorsque son porte-parole Khaled Tarrouche avait cru bon de préciser que la jeune femme et son ami avaient été interceptés par la police dans «une position immorale» a précisé l’AFP.

Les associations de défense du droit des femmes ont signé un communiqué exprimant leur «profonde préoccupation» indique le site Businessnews.

«La jeune fille se trouve encore dans une situation psychologique fragile nécessitant soutien et encadrement» ont ajouté les signataires du communiqué, inquiets de la tournure qu’ont pris les évènements.

Lu sur Business News, A tunisian Girl, Le Figaro, Le Monde

A lire aussi

Le mouchardage, sport national en Tunisie

Tunisie: la revanche féroce de l'Etat policier

Que faut-il vraiment faire des islamistes?

Tunisie: Combien de temps Ennahda peut tenir au pouvoir