SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Dix ans après, la pire catastrophe maritime reste impunie

Le 26 septembre 2002, le MS Joola sombrait aux larges des côtes gambiennes. Il s’agit de la plus grande catastrophe maritime, plus meurtrière que le Titanic, jamais enregistré dans le monde, selon le rapport publié à l’époque des faits. Il a coûté officiellement la vie à 1.864 personnes, même si les associations des familles de victimes dénombrent près de 2.113 morts.

Dix ans après le tragique accident, l’engagement et la détermination des familles de victimes pour la satisfaction de leurs doléances, ne faiblissent pas. Aujourd’hui, les associations de familles des victimes sénégalaises ont formulé une demande aux nouvelles autorités de l’Etat sénégalais pour la réouverture d’une procédure judiciaire au niveau national, renseigne Sudonline.

Le 1er avril 2003, une information judiciaire pour homicides involontaires et non-assistance à personnes en danger est ouverte au tribunal d’Evry à Paris à la suite de la demande de l’association de famille des victimes françaises. Neuf personnalités civiles et militaires sénégalaises, dont le Premier ministre de l’époque, Mame Madior Boye, sont sous le coup d’un mandat d’arrêt international pour leur supposé responsabilité dans l'affaire.

Dans le même temps, les associations des familles de victimes sénégalaises, acceptent d’être indemnisées, à raison de 10 millions de Francs CFA  (15.244 euros). Et le dossier a été classé par la justice sénégalaise.

En 2011, la Cour de Cassation annule définitivement deux mandats internationaux, dont celui concernant Mame Madior, et Youba Sambou, ministre des Forces armées, au moment de la tragédie. Sept autres dignitaires sénégalais sont toujours poursuivis par la justice française.  C'est dans ce cadre que Gomis Diedhiou, ancien agent au ministère de la Pêche qui travaillait sur le Joola, fut arrêté à l'aéroport de Paris et placé, par la suite, sous contrôle judiciaire.

Dix ans après, les familles des 22 victimes françaises attendent toujours le dénouement de la procédure judiciaire pour faire le deuil de leurs parents décédés. Au Sénégal, l’association des familles de victimes a mis sur pied un comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial-musée Le Joola. Elles demandent aussi aux nouvelles autorités sénégalaises la réouverture de la procédure judiciaire au niveau national. Les membres du comité, ont été reçu le 20 septembre dernier par le Premier ministre, Abdoul Mbaye qui les a encouragé à déposer une nouvelle plainte pour que leur revendication soit prise en compte.

Au sortir de l’audience avec le Premier ministre, Nassardine Aïdara, président du comité d’initiative, a déclaré:

«Maintenant, le pouvoir actuel nous assure, qu’il ne fera pas d’entrave à la justice, si les familles de victimes arrivaient à porter plainte au niveau du Sénégal».

Lu sur Sudonline

A lire aussi

Le drame du Joola et la culture de l'impunité

Les oubliés du Titanic sénégalais

Joola: le deuil des familles passe par le renflouage de l'épave