SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Polémique sur les prénoms berbères sur «liste noire»

La polémique enfle au Maroc depuis que des Marocains résidants à l'étranger ont réalisé que les prénoms de leurs enfants ne pouvaient pas être enregistrés dans les registres d'Etat civil du royaume parce qu'ils étaient berbères.

Mohad Laenser, ministre de l'Intérieur, a démenti le 25 septembre les informations selon lesquelles son département interdit l'inscription de prénoms amazighs dans les registres d'Etat civil, rapporte le site marocain Bladi

Car la stupeur et la consternation ont gagné ces Marocains lorsqu'ils se sont rendu compte qu’ils ne pouvaient pas enregistrer le prénom de leurs enfants au consulat, rapporte le 24 septembre le site marocain Bladi.

Faouzi Mrabti, installé en Belgique, s’est vu refuser l’inscription de son fils prénommé «Mazilia» auprès des services d’Etat civil marocains. Même son de cloche pour «Sifax» qui n’a pu être enregistré par son père au Consulat du Maroc, à Barcelone en Espagne.

Le point commun dans ces deux affaires: le prénom de leur enfant est berbère.

Et ces prénoms ne font pas partie de la liste des prénoms féminins et masculins approuvés par le Ministère de l’Intérieur au Maroc, établie en 1996 par Driss Basri, mais annulée en 2002. Et au Maroc, de nombreux prénoms berbères sont persona non grata dans les bureaux d’Etat civil.

Le ministre de l'Intérieur a expliqué au quotidien Al Haraka, selon Bladi, que les interdictions de prénoms amazighs par certains consulats du Maroc en Europe, étaient des «exceptions».

Une circulaire a d'ailleurs été adressée aux autorités concernées à travers le pays à autoriser l’inscription des prénoms berbères.

En outre, le ministère dément depuis des années l’existence d’une «liste de prénoms interdits» établie par ses services. La liste est officiellement interdite mais semble officieusement appliquée.

«Ces prénoms auraient été interdits parce qu'incompréhensibles, étranges ou ont une signification pouvant nuire aux enfants qui les portent», a indiqué Mohand Laenser.

Et d'ajouter : 

«Franchement, moi-même en tant qu'Amazigh, je ne comprends pas la signification de certains prénoms». 

Et pourtant, l’Amazigh, terme qui désigne les peuples berbères, a été reconnu langue officielle dans la nouvelle Constitution du royaume. En outre, environ 60% de la population marocaine est d’origine amazighe, sauf qu’elle est qualifiée de «minorité culturelle et linguistique», rapporte le site marocain Yabiladi

Lu sur Bladi

A lire aussi

Quel berbère êtes-vous? 

Les Berbères veulent se faire un prénom au Maroc

Tamazight, langue officielle du Maroc?

Printemps arabe, été berbère?