SlateAfrique

mis à jour le

Côte d'Ivoire - Les ennuis judiciaires et de santé des Gbagbo père et fils

Le sort de Laurent Gbagbo, ancien président de la Côte d’Ivoire, se joue actuellement à la Cour pénale internationale (CPI) à la Haye. Durant deux jours, les 24 et 25 septembre, deux audiences à huis clos s’ouvriront pour déterminer les aptitudes de l’ancien président ivoirien à prendre part aux procédures engagées contre lui par la CPI, rapporte Abidjan.net qui cite le journal pro-Gbagbo Notre Voie.

Laurent Gbagbo qui prendra part aux audiences sera assisté de ses avocats, en présence de la procureure de la cour pénale internationale, des représentants du greffe et des experts désignés par la chambre pour se prononcer sur les aptitudes de l'ancien président.  

Au cours du mois de juin dernier, les avocats à la défense avait déposé une requête auprès de la chambre préliminaire de la cour pénale afin qu’elle désigne des experts médicaux pour examiner l’état de santé du président. Selon ses partisans, Gbagbo aurait été maltraité dans sa prison à Korhogo, situé dans le nord de la Côte d’Ivoire, où il avait été incarcéré peu après son arrestation en avril 2011, durant huit mois.

Si Laurent Gbagbo est déclaré apte, alors l’audience de confirmation des charges contre le célèbre prisonnier de la CPI pourra être reprogrammée. Dans le cas contraire, Laurent Gbagbo devra être remis en liberté sous conditions. Le rapport médical des experts sera déterminant, même si la décision finale est du ressort de la juge Sylvia Fernandez. 

Alors que se déroulent, les procès à huis clos de Laurent Gbagbo, son fils, Michel Gbagbo, fête également son 43e anniversaire en prison. Détenu à la prison de Bouna, localité situé au nord de la Côte d’Ivoire, le fils du président vivrait aussi dans de mauvaises conditions alors qu’il a de gros problèmes de santé. Profitant de cette occasion, sa mère Jacqueline Chamois, a publié une vidéo, publiée sur le site de RFI et dans laquelle, elle lance une «bouteille à la mer», pour que son fils soit transféré en France.

«Les dernières informations m'ont été transmises par son avocat qui a pu le rencontrer fin juillet. Globalement il m'a rassuré sur son état de santé, tout en rappelant que la prison de Bouna est infestée de scorpions, de serpents... Etant donné les problèmes de santé que Michel a rencontrés puisqu'il a été hospitalisé 3 mois à Abidjan, je demande son transfert en France», a imploré sa mère.

Lu sur Abidjan.net, RFI

A lire aussi

Ce putsch qui a plongé la Côte d'ivoire dans le chaos

Pourquoi il faut épargner la presse pro-Gbagbo

Le régime de Ouattara pratique le tribalisme