SlateAfrique

mis à jour le

Lomé – L’ex-patron d’Elf encore entendu par la justice togolaise

L’Emirati Abbas El Youssef est déterminé à récupérer son argent auprès de ceux qui l’ont escroqué. Et pour cause, il se dit à l’entière disposition de la justice du Togo et accuse l’ex-PDG d’Elf, Loïk Le Floch-Prigent, qui le conseillait d’être le cerveau de ce réseau d’escroquerie.

Radio France Internationale qui cite Abbas El Youssef rapporte ses propos en ces termes : «On m’a dit, affirme-t-il, on va sortir cet argent, et vous allez nous l’investir. C’est ce que je fais. Cela m’a intéressé, je me suis engagé ». Et l’Emirati ajoute avoir sa stratégie pour traquer tous ceux qui seraient impliqués, partout sur la planète.

«Je vais prendre mon argent ! Et c’est pour cette raison que chacun d’entre eux sera arrêté ! Ils seront traqués et arrêtés un à un, que ce soit au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Nigeria, au Bénin ou partout sur la planète ! Quand on a raison, on est fort. On ne faiblit pas. Je suis sûr que de cette façon, je pourrai avoir mon argent. J’ai ma stratégie».

La justice togolaise qui a déjà entendu Loïk Le Floch-Prigent et deux hommes d'affaires africains à Lomé, à savoir l’homme d’affaires togolais Agba Sow Bertin et l’ancien ministre Pascal Bodjona poursuit ses investigations.

Selon Patrick Klugman, l’avocat de l’ex-patron d’Elf, son client serait plus un témoin qu'un accusé dans cette affaire. Il a demandé sa libération en raison de son état de santé.

« Il est impératif que mon client bénéficie de soins. Il est prêt à s'expliquer sur cette affaire, dans laquelle il est plus un témoin qu'autre chose", a-t-il ajouté. "Il demande à être confronté aux autres protagonistes de l'affaire, mais des recours ont été introduits qui gèlent le déroulement de ces confrontations», a-t-il a déclaré à l’Agence France Presse (Afp).

 Lu sur RFI

A lire aussi

«La Françafrique est peut-être morte, mais son cadavre bouge encore»

La Françafrique n'est pas un astre mort

L'Afrique francophone doit-elle tourner le dos à la France?

Togo: le pouvoir ne parle que le langage de la répression