SlateAfrique

mis à jour le

RDC - Les chimpanzés déclarent la guerre

On se croirait dans le Livre de la Jungle. Et pourtant, l’histoire est bien réelle. A Tongo, village situé à 60 Km au nord de Goma, dans le Nord Kivu à l'est de la RDC, un groupe de chimpanzés agressent régulièrement les populations.

En l’espace de quelques mois, 10 personnes ont été tuées et 17 autres gravement blessées lors d’attaques de ces primates, explique Syfia.

L’une des raisons avancées à cette recrudescence des agressions, est la guerre qui sévit dans la région et qui pousserait les chimpanzés à quitter leur territoire et à se sentir menacés par l’homme.

Le 24 juin dernier, les médias ont relaté un fait divers pour le moins dramatique. Une fillette de 2 ans avait été arrachée dans le dos de sa mère lors d’une attaque de cinq singes. Deux jours plus tard, elle a succombé à ses blessures à l’hôpital de Goma. Et il ne s’agit là que d’un cas parmi tant d’autres.

Tongo est situé sur une zone assez dangereuse. Syfia rapporte que le village est non loin du parc des Virunga, le plus ancien parc national congolais situé à la frontière avec le Rwanda et l'Ouganda. Pour y accéder, il faut traverser la forêt dans les 20 derniers Km. De plus, à cause de la présence des nombreux militaires dans la région la route n’est pas sécurisée.

A chaque kilomètre, on aperçoit au bord de la route, des babouins, espèce qui ne s’attaque pas aux humains.

«Ils ne sont pas agressifs. Ils se contentent de dévorer nos récoltes, déjà saccagées par les éléphants. En revanche, les chimpanzés posent problème, car ils s’en prennent aux femmes et aux enfants », témoigne un habitant de Tongo.

Nombreux sont les habitants de la localité à témoigner de la brutalité de ces chimpanzés, visibles sur les enfants. Entre autres, cicatrices, oreilles, doigts et orteils sectionnés.

Outre ces témoignages d’agressions des primates, une certaine rumeur prétend que les chimpanzés violenteraient les femmes. Toutefois sans donner de précision sur ces faits, un médecin vétérinaire a assuré qu’il est «pratiquement impossible que le sexe d’un chimpanzé pénètre le vagin d’une femme. Par ailleurs, ils peuvent certainement attaquer et blesser une personne». 

L’affaire défraie la chronique à Goma. Les habitants tentent de donner une explication à cette nouvelle vague d’agressions. Un notable du groupement de Bwito pense savoir que «ces animaux ont longtemps été attaqués et tués par des combattants pour se nourrir. Je pense qu’ils se vengent contre les hommes des atrocités qu’ils ont subies pendant les guerres».

Lu sur Syfia

A lire aussi

La RDC, un pays rogné par ses voisins

RDC: le M23, vraie rébellion ou poudre aux yeux?

Hollande n'est pas forcement le bienvenue à Kinshasa

Congo, le roman vrai d'un pays

Koffi Olomidé, l'impulsif chanteur congolais