mis à jour le

Maka Kotto, nouveau ministre québécois de la Culture. © Benoît Levac
Maka Kotto, nouveau ministre québécois de la Culture. © Benoît Levac

Maka Kotto, comédien camerounais devenu ministre au Québec

Maka Kotto est le seul ministre noir du Québec. Originaire du Cameroun, cet ancien acteur de cinéma est aujourd'hui l'un des exemples de la réussite de l'intégration des immigrés dans la province canadienne.

Au lendemain des élections générales au Québec, le 4 septembre, une femme s'est retrouvée pour la toute première fois à la tête du gouvernement.

Et, Pauline Marois, la nouvelle Première ministre du gouvernement semble avoir voulu créer un autre événement dans cet évenement.

Parmi les membres de son gouvernement constitué le 19 décembre, figure un ministre noir, issu de l'immigration africaine, et né au Cameroun. Il s'agit de Maka Kotto.

Si la nomination de ce Canadien d'origine camerounaise comme ministre de la Culture et de la Communication est un événement historique, cela ne constitue pas vraiment une surprise.

Nombre d'observateurs de la scène politique de la province francophone du Canada l'attendaient après que Maka Kotto a été reconduit à son siège de député de la circonscription du Bourget (près de Montréal) lors des dernières élections générales.

Et pour cause. Comme il est de coutume ici, les députés élus entrent au gouvernement. Et, parmi tous les ministrables du Parti québécois, vainqueur du scrutin, Maka Kotto apparaissait comme le seul pouvant endosser, quasi-naturellement, le costume de ministre de la Culture et de la Communication.

Un homme de culture... naturellement!

Maka Kotto a une longue carrière de comédien menée sur presque tous les continents, aussi bien au cinéma que sur le petit écran, sans oublier les planches de théâtre.

Il commence sa carrière dans des films relativement légers comme Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer de Jacques Benoît et Antoine Durand, Maka Kotto prend de l'épaisseur en figurant de plus en plus à l'affiche de films engagés tels que Sucre amer de Christian Lara et Lumumba de Raoul Peck.

Comédien reconnu, il a notamment joué aux côtés de l'acteur d'origine béninoise Djimon Hounsou, connu pour les films Amistad et Gladiator, ou encore le Franco-Camerounais Eriq Ebouaney et la Sénégalaise Fatou Ndiaye.

En lui, les Québécois apprécient le verbe facile et soigné. Un atout qui lui permettra aussi de se démarquer en politique, où il entre par la grande porte.

En 2004, il est à Ottawa (la capitale du Canada) comme député à la Chambre des communes. En 2008, il est élu député du Bourget, une circonscription de Montréal, dans la province francophone du Québec. En septembre 2012, réélu député du Bourget, Maka Kotto est nommé ministre.

Son engagement dans les affaires culturelles l'ont amené à prendre nombre d'initiaves. N'est-ce pas sous son impulsion que les parlementaires québécois ont décerné la médaille d'honneur au parolier Luc Plamondon, célèbre pour ses participations aux comédies musicales Starmania et Notre-Dame de Paris?

A ce sujet, le quotidien Le Soleil soulignait:

«Camerounais de naissance, qui n'avait jamais mis les pieds au Québec lorsque Starmania triomphait à Paris, est à l'origine de l'hommage rendu par l'Assemblée nationale à Luc Plamondon.»

En août 2012, en pleine campagne électorale, le Parti québécois proposait six nouvelles mesures pour faire rayonner la culture québécoise. Il proposait, entre autres, de stimuler la fibre artistique des jeunes, de soutenir les créateurs et leurs œuvres et de renforcer l’enseignement de l’histoire.

Depuis 2008, alors qu'il était encore député à l'Assemblée nationale québécoise, Maka Kotto n'a eu de cesse de se plaindre des «fossoyeurs de la culture». C'est dire si tout le monde l'attend au tournant, les cibles de ses critiques d'hier en premier.

Il sait qu'il n'a pas droit à l'erreur. Personne ne lui fera de cadeau, lui qui avait la critique facile vis-à-vis de l'ancienne ministre de la Culture et de la Communication.

Comédien engagé... en politique

Maka Kotto a reçu de la Première ministre Pauline Marois, le «mandat de rapatrier les pouvoirs et les budgets fédéraux en matière de culture et de communication». En d'autres termes, que les affaires culturelles québécoises soient exclusivement gérées par Québec (capitale provinciale), et non par Ottawa (capitale nationale).

Une tâche à laquelle s'est essayé l'ancien gouvernement, sans succès. Prudent pour le moment, Maka Kotto propose de faire un état des lieux:  

«Sachant que le Parti libéral, donc l'ancien gouvernement, avait entrepris des démarches en ce sens par le passé [...], j'aimerais faire le point sur les progrès qui ont été réalisés à cet effet auprès du ministre du Patrimoine et j'aviserai par la suite.»

L’accès à la téléphonie sans fil et à l'Internet à haut débit sur l’ensemble du territoire, autres tâches auxquelles doit s'atteler Maka Kotto, semblent des objectifs plus rapidement accessibles.

Il est également attendu sur l'instauration d'un prix unique du livre, pour éviter que ne sonne le glas des librairies québécoises. Réconcilier les jeunes avec le monde artistique, à tous les niveaux, fait également partie des priorités assignées au nouveau ministre.

Artiste engagé et politicien sans concession, Maka Kotto se définit lui-même par-dessus tout comme un «militant humaniste qui, partout où il va, s'organise pour mettre son grain de sel».

Le 17 mai 2012, lors d'un débat à l'Assemblée nationale du Québec, en pleine grève étudiante dans la province canadienne, Maka Kotto s'est fendu de ce commentaire:

«J'ai eu le goût de retourner en Afrique.»


Maintenant qu'il est embarqué dans le nouveau gouvernement, il est certain que l'ancien comédien camerounais ne pense plus à quitter le Québec, son nouveau pays, de sitôt.

Nomba Danielle


A lire aussi

Le printemps érable, un mouvement d'inspiration africaine

Canada: la communauté noire à l'honneur

Ces Africains à la conquête du parlement québecois

Le Canada, la terre promise des Africains

Danielle Nomba

Danielle Nomba est une journaliste camerounaise installée au Canada.

Ses derniers articles: Le seul ministre noir du Québec  Le Canada, terre promise des Africains  Ces Afro-Québécois qui veulent être députés 

immigration

Home sweet home

En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays

En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays

Etats-Unis

Le décret de Trump pourrait empêcher le champion olympique Mo Farah de rentrer aux USA

Le décret de Trump pourrait empêcher le champion olympique Mo Farah de rentrer aux USA

Mondialisation

Quels sont les pays d'Afrique où il fait bon vivre pour les expatriés?

Quels sont les pays d'Afrique où il fait bon vivre pour les expatriés?

intégration

Intégration

Dialogue de sourds entre les deux Congo

Dialogue de sourds entre les deux Congo

AFP

RDC: ni amnistie ni intégration pour les auteurs de crimes graves

RDC: ni amnistie ni intégration pour les auteurs de crimes graves

Indignation

La ministre noire italienne traitée d'orang-outan

La ministre noire italienne traitée d'orang-outan

Maka Kotto

Intégration

Ces Afro-Québécois qui veulent être députés

Ces Afro-Québécois qui veulent être députés