mis à jour le

Législatives au Bénin: le président Talon appelle au calme

Le président béninois Patrice Talon a demandé aux leaders politiques d'opposition de "ne pas appeler à incendier le pays" à l'approche des élections législatives du 28 avril, dont ils ont été exclus.

"Si ce pays leur tient tant à c½ur et qu'ils ont vocation à le diriger, ce n'est pas un pays brûlé, ce n'est pas un pays en cendres qu'ils auront à diriger demain", a déclaré le président jeudi soir au cours d'un entretien télévisé.

"Appeler à brûler le pays parce qu'on ne va pas à une élection, ce n'est pas responsable. Je ne le permettrai pas", a averti le président, au pouvoir au Bénin depuis avril 2016.

Début mars, la Commission électorale avait jugé que seuls deux partis, proches du président Talon, avaient rempli les conditions requises par le nouveau code électoral - adopté l'an dernier et durcissant les règles régissant les partis politiques - pour pouvoir présenter des listes, excluant de facto toute l'opposition.

Le Bénin connait depuis des mouvements de contestation de l'opposition qui proteste contre leur exclusion du scrutin.  

"Je voudrais dire à mes concitoyens que je resterai un défenseur de la démocratie, des libertés, de la rigueur, et du respect de l'ordre constitutionnel", s'est défendu le président béninois accusé par ses détracteurs de mettre à mal la démocratie.

Au sujet des deux partis en lice pour l'élection, composés essentiellement de ses partisans, il a "remarqué que chacun de ces nouveaux partis regroupe plus de 70 à 80 partis politiques avec des dizaines de mouvements politiques, leaders politiques". 

"J'ai remarqué également que ces deux formations regroupent plus des 2/3 des partis politiques actuellement présents au parlement", a ajouté le président béninois.

Peu avant cet entretien, la commission électorale a procédé au lancement officiel de la campagne électorale, permettant ainsi aux deux listes proches de la présidence, de battre campagne dès vendredi en vue d'élire les 83 prochains députés du Parlement. 

AFP

Ses derniers articles: Angola: début du procès pour corruption du fils de l'ex-président dos Santos  Insécurité au Sahel: doublement en 2019 des personnes en besoin d'aide alimentaire immédiate  Kenya: le gouverneur de Nairobi plaide non coupable de corruption 

législatives

AFP

Au Cameroun, le principal opposant appelle

Au Cameroun, le principal opposant appelle

AFP

Guinée: le président valide la date de février pour les législatives

Guinée: le président valide la date de février pour les législatives

AFP

Cameroun: vers des législatives menacées par l'insécurité

Cameroun: vers des législatives menacées par l'insécurité

président

AFP

Soudan du Sud: démission du président de l'Assemblée nationale

Soudan du Sud: démission du président de l'Assemblée nationale

AFP

Gabon: le président Bongo n'a pas promu son fils comme son "poulain" (porte-parole)

Gabon: le président Bongo n'a pas promu son fils comme son "poulain" (porte-parole)

AFP

Gabon: l'ex-directeur de cabinet du président dans la tourmente d'une opération anticorruption

Gabon: l'ex-directeur de cabinet du président dans la tourmente d'une opération anticorruption