SlateAfrique

mis à jour le

Les Rwandais en ont marre de parler anglais

Les Rwandais sont en plein casse-tête linguistique. La langue anglaise, de plus en plus utilisée, non seulement dans l’administration où elle est d’usage, mais également aujourd’hui dans les commerces ou les médias, reste pour eux une langue étrangère.

Le site d’informations Syfia Grands Lacs raconte que, ne comprenant pas cette langue, qui remplace peu à peu le kinyarwanda ou le français dans les enseignes de la capitale, bon nombre de Rwandais ont tendance à fuir les commerces qui la pratiquent sans la traduire.

Selon le site, de très nombreux Rwandais ne parviennent plus à remplir leurs documents administratifs en anglais, qui ne sont généralement plus traduits.

Idem dans les médias. Syfia indique que les chroniques et le journal parlé sont les seuls programmes de la télévision rwandaise réalisés par des nationaux.

Le reste du temps d’antenne est accaparé par la retransmission des programmes des chaînes étrangères anglophones telles que la BBC ou la Voix de l’Amérique. Selon le site, les radios privées connaissent le même sort.

La constitution rwandaise reconnait pourtant les trois langues comme étant officielles.

Mais lors du recensement de 2002, il a été démontré que le kinyarwanda était la langue la plus utilisée par la population: 99,7% des Rwandais la parlent, alors que seulement 3.9% d’entre eux parlent le français, 1,9% l’anglais, et 3% le kiswahili.

En tout état de cause, révèle Syfia, seuls les plus jeunes ont pu apprendre un peu d’anglais à l’école.

C’est en 2008 que le conseil du gouvernement rwandais a décidé d’adopter l’anglais comme langue d’enseignement à tous les niveaux, ainsi que dans l’administration, rappelle le site. Les autorités envisageaient ainsi de donner la priorité à la langue la plus compétitive.

Trois ans plus tard, elles sont pourtant partiellement revenues sur leur décision, imposant aux enseignants d’utiliser uniquement le kinyarwanda durant les trois premières années de la scolarité.  

Lu sur Syfia

A lire aussi

Le Sénégal est-il encore un pays francophone?

Maroc-La langue française bannie de la télé

Langue française: introduction au Petit Robert camerounais