SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Les inondations emportent (aussi) le Sénat

Le projet de loi portant révision de la Constitution pour la suppression du Sénat et du poste de vice-président vient d’être adopté par le Congrès sénégalais.

Celui-ci, formé du Sénat (100 membres) et de l’Assemblée nationale (150 membres), a approuvé par 176 voix le projet de loi portant suppression de la chambre haute du parlement sénégalais et la création du conseil économique, social et environnemental, lors d’une assemblée extraordinaire tenue ce 19 septembre. C'est ce que nous apprend l’Agence de presse sénégalaise (APS).

Cent soixante-huit parlementaires ont voté à main levée et huit par procuration, en faveur du projet de suppression de l'instance. Le groupe parlementaire, «Libéraux et démocrates», constitué de douze députés, membres du Parti démocratique sénégalais (Pds) ont boycotté le scrutin.

«Les compétences du Sénat ne seront pas supprimées mais plutôt dévolues à l’Assemblée nationale», a déclaré Aminata Touré, ministre de la Justice qui prenait part aux débats.

La ministre de la Justice qui défendait le projet de loi a assurait que le travail des sénateurs sera poursuivi, expliquant toutefois que ces modifications constitutionnelles s’inscrivaient dans le «cadre de la rationalisation des dépenses publiques et des institutions».

Le 28 août dernier, le président sénégalais, Macky Sall, avait annoncé l’intention de son gouvernement d’introduire en procédure d’urgence un projet de loi portant suppression du Sénat et de la vice-présidence, afin de dégager suffisamment de marges de manœuvre financière pour affronter la question des inondations, notamment.

Au vu de la «détresse des sinistrés», le président de la République avait décidé de procéder à des coupes budgétaires, en affectant le budget du Sénat aux victimes des inondations.

Lu sur Aps

A lire aussi

Pourquoi l'Afrique a si souvent les pieds dans l'eau

Macky Sall est-il le François Hollande sénégalais?

Macky Sall ne doit pas enterrer Wade