mis à jour le

Gabon: suspension des cours après trois jours de manifestations lycéennes

Face à la colère grandissante des lycéens qui protestent depuis le début de la semaine contre un changement du système de bourses d'études, le gouvernement du Gabon a décidé de suspendre les cours dans tout le pays jusqu'à nouvel ordre.

L'ensemble des établissements scolaires publics sont touchés par cette mesure de suspension des cours et, jeudi matin, les élèves de la maternelle jusqu'au lycée qui se sont rendus à l'école ont trouvé porte close.

Dans un communiqué publié mercredi soir, le ministre de l'Education nationale, Michel Menga M'Essonne, a annoncé "la suspension des cours jusqu'à nouvel ordre". 

Cette décision fait suite à la vague de mobilisation des lycéens, qui manifestent depuis lundi dans les rues des principales villes du pays.

Ils protestent contre un changement des règles d'attribution des bourses. Entériné fin mars, un décret fixe désormais à 19 ans l'âge maximum pour y avoir droit et exige au moins 12 de moyenne au bac.

Cette réforme, dont l'effet sera de réduire sensiblement le nombre d'étudiants susceptibles de prétendre à cette bourse universitaire, a provoqué la colère des élèves du secondaire qui ont largement suivi l'appel d'organisations lycéennes à descendre dans les rues. 

Mercredi, plusieurs centaines de lycéens avaient de nouveau le pavé à Libreville et dans les principales villes du pays, demandant au gouvernement de reculer et de rétablir les bourses universitaires pour tous les lauréats au baccalauréat. 

Quelques échauffourées entre les forces de l'ordre et les lycéens ont été observés par des journalistes de l'AFP.

Le gouvernement est "très attentif à l'évolution du climat social" et "préoccupé par (la) vague de mécontentement des lycéens", a indiqué le ministre dans son communiqué. 

Samantha, 21 ans, en classe de terminale, manifeste depuis lundi parce qu'elle trouve cette "réforme particulièrement injuste pour les classes populaires".

Jeudi matin, elle ne criait pas victoire: "Je ne suis pas allée en cours, rien de concret n'a encore été annoncé depuis hier, on attend une prochaine déclaration, on espère qu'ils vont reculer", a-t-elle affirmé à l'AFP.

- "Médiocrité" -

Pour tenter d'apaiser la colère, le ministre de l'Education avait fait lundi et mardi la tournée des lycées pour expliquer cette nouvelle mesure. Dans certains établissements, il avait été copieusement hué. 

Lundi, le Premier ministre, Julien Nkogue Bekale, avait défendu la nouvelle mesure devant la presse, invoquant notamment les difficultés économiques rencontrées par le Gabon.

"L'Etat et le gouvernement ne ménageront aucun effort pour attribuer les bourses à nos étudiants brillants, mais nous n'allons pas encourager la médiocrité", avait-il déclaré.

"Nous devons nous résoudre à engager des réformes courageuses et difficiles", avait ajouté le Premier ministre.

Les principaux dirigeants de l'opposition ont apporté leur soutien aux lycéens. Parmi eux, Jean Ping, candidat battu à la présidentielle de 2016 par Ali Bongo Ondimba, mais qui revendique toujours sa victoire trois ans après.

Au Gabon, les recettes publiques ont fondu depuis la baisse du cours du brut en 2014, plongeant ce pays pétrolier dans une crise économique dont il peine à sortir.

Si le cours de l'or noir est depuis remonté, il n'a toutefois pas retrouvé son niveau d'avant la crise.

Un plan d'aide financière du Fonds monétaire international (FMI) a été accordé en 2017 au Gabon en échange d'une diminution des dépenses publiques.

D'un montant de 83.000 francs CFA par mois (127 euros), la bourse représente un poste de dépense conséquent pour le gouvernement, mais également une aide précieuse pour les parents aux revenus les plus modestes. 

Mercredi, dans les rues de Libreville, les parents ne s'étaient pas mêlés aux lycéens. 

"Beaucoup de parents se sont donné rendez-vous vendredi pour manifester", affirme Samantha la lycéenne. "On espère que ça aidera à faire reculer" le gouvernement.

AFP

Ses derniers articles: Au Caire, les enfants des rues victimes collatérales de la pandémie  Les médias béninois en ligne sommés de cesser leur activité  Mali: le rôle d'une unité d'élite antiterroriste en question dans les troubles 

manifestations

AFP

Ethiopie: un leader d'opposition oromo arrêté, les manifestations continuent

Ethiopie: un leader d'opposition oromo arrêté, les manifestations continuent

AFP

Algérie/"Hirak": nouvelles manifestations et condamnations d'opposants

Algérie/"Hirak": nouvelles manifestations et condamnations d'opposants

AFP

RDC: 3 morts dans des manifestations contre la fermeture du grand marché

RDC: 3 morts dans des manifestations contre la fermeture du grand marché

suspension

AFP

Algérie/virus: 1er ferry pour la France depuis la suspension des traversées

Algérie/virus: 1er ferry pour la France depuis la suspension des traversées

AFP

Virus: 1er ferry entre l'Algérie et la France depuis la suspension des traversées

Virus: 1er ferry entre l'Algérie et la France depuis la suspension des traversées

AFP

Malawi: la justice prolonge la suspension de l'entrée en vigueur du confinement

Malawi: la justice prolonge la suspension de l'entrée en vigueur du confinement