SlateAfrique

mis à jour le

Pourquoi les Algériens ne manifestent pas

Les manifestations contre le film anti-musulman, qui ont traversé le monde arabe le 14 septembre, de la Tunisie au Soudan en passant par le Yémen, l’Egypte et le Liban ont épargné l’Algérie.

Le film ne semble pas avoir perturbé le quotidien des Algériens, note le site Nawaat. Pas de vengeance contre l’ambassade américaine, mais une forme d’indignation mesurée. Selon le site, l’impassibilité, si étrange soit-elle, tiendrait à plusieurs explications.

Nawaat indique tout d’abord que plusieurs éditos de journaux algériens avaient appelé au calme, prônant l’indifférence comme la meilleure des réponses possibles.

Le site d'informations algérien revient également sur la présence de nombreuses forces policières mobilisées pour éviter tout débordement. Ainsi compte-on plusieurs tentatives de manifestations avortées à Alger.

Alors que des jeunes s’étaient rassemblés dans le quartier populaire de Bab El Oued, le dispositif sécuritaire mis en place a empêché toute progression de la manifestation. Idem dans le quartier El Biar, où 25 jeunes, qui tentaient d’organiser un rassemblement autour de l’ambassade américaine ont immédiatement été interpellé. Le quartier de Kouba, au sein duquel 200 personnes s’étaient rassemblées pour dénoncer le caractère blasphématoire du film, a rapidement été bouclé par les forces de l’ordre.

Dans les régions avoisinantes, révèle Nawaat, plusieurs manifestations pacifiques se sont déroulées dans le plus grand calme, sous l’œil des forces de police.

Le site fait enfin état des explications apportées par les internautes quant au calme algérien en pleine période de tensions au sein du monde musulman.

Certains insistent sur l’aversion des Algériens pour la violence, qui fait suite aux grands traumatismes de la décennie. D’autres évoquent les souvenirs du populisme religieux exacerbé, qui continuent à avoir un effet de repoussoir sur une partie des Algériens, ou encore la faible pénétration d’Internet dans le pays.  

Mais le site tient à révoquer l’hypothèse selon laquelle l’Algérie serait totalement inerte. Face à certains enjeux beaucoup plus locaux relevant du quotidien, les Algériens seraient bel et bien toujours à même de se mobiliser.

Lu sur Nawaat

A lire aussi

Tunisie : la stratégie de la terreur

Emeutes anti-américaines meurtières à Tunis

De l'Algérie, l'indépendance et la haine de soi

L'histoire oubliée du printemps nationaliste algérien