mis à jour le

Rwanda:

Au pied des volcans enveloppés de brume de la chaîne des Virunga, dans le nord-ouest du Rwanda, s'étend le camp de Mutobo. Par ici passent les ex-rebelles hutu ayant fui le Rwanda en 1994 après le génocide, qui veulent rentrer au pays et réintégrer la société rwandaise.

Quelques poignées d'hommes errent entre les bâtiments, parlant parfois lingala, la langue de l'exil apprise de l'autre côté de la frontière, en République démocratique du Congo (RDC). Ils maintiennent un regard suspicieux sur les journalistes de l'AFP en visite.

Aucune barrière n'entoure ce camp de "démobilisation", proche de Musanze (ex-Ruhengeri). Et les soldats qui en assurent la protection sont d'une absolue discrétion. Pourtant, sont regroupés là des gens qui ont pendant 25 ans cherché à faire tomber le régime de Kigali.

En 1994, des centaines de milliers de Hutu s'étaient réfugiés dans l'ex-Zaïre pour fuir l'avancée du Front patriotique rwandais (FPR), qui allait mettre fin à un génocide ayant fait, selon l'ONU, au moins 800.000 morts, essentiellement au sein de la minorité tutsi.

Parmi eux se trouvaient des membres des Forces armées rwandaises (FAR) et des miliciens extrémistes Interhahamwe, les principaux exécutants du génocide, qui ensemble donneraient plus tard naissance au groupe rebelle des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

Mais après un quart de siècle à hanter les forêts du Congo, beaucoup de ces anciens combattants ont oublié pour quoi ils se battaient. 

Joseph Kabalindwi, 50 ans, dit avoir été parmi les FDLR qui ont déposé les armes en 2014 "pour promouvoir la paix dans la région des Grands Lacs".

Pour lui, les FDLR n'avaient été créées que pour protéger les réfugiés hutu des autres groupes rebelles congolais. Il fait partie d'un groupe de 1.563 ex-rebelles rentrés contre leur gré au Rwanda en novembre 2018, après que la RDC eut refusé de les garder plus longtemps sur son sol.

- 'C'est mon pays' -

Il regrette les circonstances de ce retour forcé, mais est heureux de retrouver son pays natal. "Même si j'ai quitté le pays il y a longtemps, je suis resté rwandais", dit avec conviction cet ex-major. "Le Rwanda c'est mon pays, je voulais rentrer chez moi".

Éduqué, Joseph a une conscience politique plus développée que ses camarades. Il aurait aimé que ce retour fasse l'objet d'un règlement négocié entre les FDLR et le gouvernement rwandais. Mais Kigali refuse de discuter avec un groupe qu'il considère toujours comme une menace.

Ces ex-rebelles, rentrés avec conjoints et enfants, avouent leur étonnement devant l'évolution du pays depuis 1994. "Je peux témoigner que le Rwanda est aujourd'hui plus beau qu'il était lorsque nous avions fui", confie Daphrosa Mukamusoni, née en 1969.

Kigali a fait le pari d'accueillir quiconque décide de revenir au Rwanda. A Mutobo, les ex-FDLR reçoivent des cours d'éducation civique. On les invite à oublier l'idéologie néfaste ayant mené au génocide et à participer à la reconstruction et au développement de la nation.

Ils suivent aussi des formations pour faciliter leur réadaptation à la vie civile. Après les trois mois passés dans le camp, ils seront renvoyés vers leur famille restée au pays, avec en poche des papiers d'identité et un pécule de 60.000 francs rwandais (58 euros).

Depuis sa création en 1997, la Commission de démobilisation et de réintégration (RDRC), qui gère Mutobo, a démobilisé 11.000 anciens combattants de groupes armés.

- 'Un miracle de Dieu' -

En novembre, Joseph a reçu à Mutobo la visite de ses frères aînés qu'il n'avait plus vus depuis juin 1994. "Ils étaient très contents de me revoir vivant", sourit-il. "Il y en a parmi nous qui sont morts dans les forêts du Congo. Pour moi, c'est un miracle de Dieu de retrouver quelqu'un qui est encore vivant."

Il reconnaît que le retour dans les familles constitue une inquiétude. "Pas forcément pour moi, mais pour beaucoup de monde", pense-t-il. "On ne connaît pas la situation des familles (...) Il faut s'attendre à tout."

Ses camarades et lui sont arrivés au Rwanda avec la conviction qu'ils seraient immédiatement tués. Surpris par l'accueil reçu, ils se rassurent lentement. "Euh, ça vient petit à petit", admet Joseph. "Depuis que nous sommes ici, la peur diminue progressivement".

A ses yeux, la méfiance à l'encontre de Kigali est la principale entrave au retour des ex-FDLR. Il oublie toutefois de dire que certains craignent d'être confrontés à la justice rwandaise pour leurs actes durant le génocide.

L'ambiance est studieuse dans la salle de classe. Le professeur est au tableau, craie à la main. Dans sa blouse bleue, Focus Twiringiyimana, 47 ans, prend des notes assidûment devant sa machine à coudre. Lui aussi est un ancien FDLR.

Il est sorti de Mutobo il y a un an, mais y revient pour suivre une formation en couture qui l'aidera à trouver un travail. Selon la RDRC, 75% des ex-combattants sont économiquement actifs.

Focus n'a qu'un message à faire passer à ses anciens camarades restés en RDC. "Ils devraient revenir au pays, pour ½uvrer à leur propre développement, parce qu'ils sont seulement en train de perdre du temps et ça ne leur servira à rien".

AFP

Ses derniers articles: Alger: manifestation contre le "système" pour la journée nationale de l'étudiant  RDC: 19 civils tués dans une attaque d'hommes armés au bord du lac Albert  Violences commuautaires en Côte d'Ivoire: cendres, morts et difficile réconciliation 

connaissance

Actualités

Ben Jeddou dit ne pas avoir eu connaissance du document sur l'assassinat de Brahmi en temps opportun

Ben Jeddou dit ne pas avoir eu connaissance du document sur l'assassinat de Brahmi en temps opportun

L'Indépendant

Lancement d’un livre dédié à la connaissance du trésor touristique national :  » Le Mali de A à Z  » de Mme Cissé Fatimata Kouyaté désormais dans les kiosques

Lancement d’un livre dédié à la connaissance du trésor touristique national :  » Le Mali de A à Z  » de Mme Cissé Fatimata Kouyaté désormais dans les kiosques

Rwanda

AFP

Raphaël Glucksmann au coeur d'une polémique pour ses propos sur le Rwanda

Raphaël Glucksmann au coeur d'une polémique pour ses propos sur le Rwanda

AFP

Le Rwanda se souvient de l'indicible, 25 ans après le génocide

Le Rwanda se souvient de l'indicible, 25 ans après le génocide

AFP

Le Rwanda commémore le génocide de 1994

Le Rwanda commémore le génocide de 1994