mis à jour le

Gros moutique qui fait peur, by sunfox via Flickr CC.
Gros moutique qui fait peur, by sunfox via Flickr CC.

Ce moustique jaune qui sème la panique à Alger

Dans la capitale algérienne, près de 500 personnes ont dû être hospitalisées, après des attaques d'un nouveau moustique venu de nulle part. L'état d'alerte est lancé.

Zone industrielle de Rouiba, dans la banlieue est d'Alger. Les centaines d'entreprises domiciliées sont à l'arrêt.

Les 6.000 travailleurs de la zone ont décidé de ne pas se rendre au travail. Mais ce n'est ni une grève sauvage à l'algérienne ni une protestation politique organisée.

C'est un moustique d'une espèce inconnue, qui a déjà envoyé près de 500 travailleurs à l'hôpital.

Moustique, insecte de la secte des nuisibles

L'état d'alerte est lancé sur Alger. La lutte s'organise, les services de santé ont déjà lancé des enquêtes épidémiologiques et les autorités locales ont repris la fumigation, opération régulière qui se fait en été.

En bons Africains, les Algériens connaissent bien le moustique, namous, insecte de la secte des nuisibles (30 à 35 millions de bouteilles d’insecticide sont vendues par an).

Empoisonneur de vie, de sang et de sommeil, il est aussi connu que ne l'est pas ce nouveau qui vient d'atterrir à Alger, et qui une fois qu'il vous pique, occasionne grosses rougeurs, fièvres et une fatigue générale.

Déjà, on pense à la dengue, au chikungunya, maladies transmises par les moustiques, ou encore au paludisme, maladie qui officiellement, n'existe pas en Algérie, oubliant les autres virus aux noms charmants liés au moustique mais moins connus, comme le o'nyong-nyong, le yando, tataguine ou sindbis.

Il y a quelques années déjà, des spécialistes algériens expliquaient que les virus tropicaux pouvaient monter jusqu'en Afrique du Nord, et cette année, les conditions climatiques ont changé, avec un été particulièrement chaud et humide, qui s'éternise pour grignoter l'automne.

A l'échelle du continent, des villes comme Harare (Zimbabwe) ou Nairobi (Kenya) avaient été construites au dessus de la limite altimétrique du moustique, se sont faites rattraper par l'insecte qui, à cause du réchauffement climatique, grimpe plus haut.

Même en Europe, le moustique tigré, lui aussi vecteur du chikungunya et du paludisme, est remonté. Prudents, des experts algérois tentent toutefois de rationaliser.

Si, effectivement, la chaleur humide est un facteur d'apparition de nouvelles espèces, ils rappellent qu'il y a déjà eu une épidémie de dengue en 1828, juste deux ans avant la colonisation française. 50 ans après l'indépendance, le retour? 

La source du mal

Plus de 70 espèces de moustiques sont recensées en Algérie. Mais, elles ne sont pas toutes des ennemis de l'homme. Les plus méchants et les plus connus sont l'Aedes, un rural très agressif qui pique directement sans se poser de questions.

Il attaque en général tôt le matin ou juste avant le coucher du soleil, pour laisser la place  à l'anophèle, danseur nocturne.

Le culex pipiens, un urbain amateur d'eaux usées, de flaques et de restes d'eaux domestiques, est le plus proche des Algériens.

La femelle tourne longtemps autour de vous avant d'attaquer et trouver l'endroit le plus adéquat pour piquer, avec une cruelle prédilection pour le moment où vous vous endormez. 

En ce qui concerne ce nouveau moustique qui sème la panique à Alger, aucune information n'a encore été donnée. Il est plus grand que la taille normale et est affublé d'une caractéristique couleur jaune.

A Rouiba, dans la zone industrielle, on accuse déjà les importateurs, qui auraient ramené dans leurs containers ce nouvel ennemi.

D'autres, plus rapides à la détente mais plus lourds en bêtise, ont déjà localisé la source, la Chine (la couleur jaune du moustique), qui exporte vers l'Algérie des milliards de dollars de produits, faits ou contrefaits.

Tout ce qu'on apprend sur le moustique

Quant aux Algérois, ils se renseignent sur les moustiques et apprennent une foule de choses sur cet insecte si proche. Par exemple, qu'il (elle, puisque seule la femelle pique) urine quand il vous pique.

De nombreux forums pour se débarrasser des moustiques qui ont acquis de nouvelles résistances voient le jour: insecticides, diffuseurs, pastilles et bracelets, grillages moustiquaires (surtout dans le Sud) mais aussi des technique bio, le basilic, l'ail ou la citronnelle, ou encore des logiciels anti-moustiques qui émettent un ultra son particulier. La plus radicale?

«Au fond, que veulent-ils», se demande un Algérois longtemps traumatisé par les moustiques. Pas nous piquer, mais juste prendre du sang pour nourrir leurs œufs, ce qui n'est pas une mince affaire pour eux, prendre des risques et forer une peau relativement aussi profonde qu'un puits de pétrole. Chaque soir, je m'ouvre légèrement les veines et je verse un verre de sang frais que je pose à côté de moi. Les moustiques, ravis, viennent y boire directement et me laissent tranquille.»

Chawki Amari

A lire aussi

L'étrange bataille des rues d'Alger

Ma condition d'animal en Algérie

Ces fatwas numériques de l'absurde

Comment les Algériens voient le reste du monde

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Alger

AFP

Alger veut réveiller les électeurs avant les législatives de mai

Alger veut réveiller les électeurs avant les législatives de mai

AFP

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

Musique

Un Alger poétique et très masculin dans le dernier clip de The Blaze

Un Alger poétique et très masculin dans le dernier clip de The Blaze

chikungunya

Recherche médicale

L'Afrique bientôt débarrassée de la dengue?

L'Afrique bientôt débarrassée de la dengue?

dengue

Actualités

Dengue ou paludisme : Le diagnostic du Dr Raynal

Dengue ou paludisme : Le diagnostic du Dr Raynal

Actualités

Dengue ou paludisme : Le diagnostic du Dr Raynal

Dengue ou paludisme : Le diagnostic du Dr Raynal