SlateAfrique

mis à jour le

Afrique de l'Ouest - Un train nommé désir

Les capitales de plusieurs pays francophones d'Afrique de l'Ouest veulent se rapprocher grâce au train.

Les ministres des Transports du Niger, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Bénin ont discuté les 8-9 septembre à Niamey, la capitale nigérienne, un projet de ligne ferroviaire à travers l’Afrique de l’Ouest.

Le train devrait relier Abidjan, Ouagadougou, Niamey et Cotonou, rapporte LeGriot.info.

Le site d'informations révèle que le cahier des charges de cette ligne ferroviaire prévoit deux lignes. Un axe ouest, qui reliera Abidjan (Côte d'Ivoire), Ouagadougou, Kaya (au Burkina Faso) et Niamey, et un axe est qui partira de Niamey et passera par Dosso (Niger) et Parakou (Bénin) pour rejoindre Cotonou, la capitale béninoise.

Selon le site Internet, les deux axes s’étendront sur 2.970 km. 1.776 km de chemins de fer devront être installés, tandis qu’une réhabilitation des lignes déjà en place suffira pour les 1.794km restants.

Fasozine indique que le comité de pilotage est assuré par le Niger, qui abrite également le secrétariat permanent du projet. Les travaux devraient démarrer au plus tard au dernier trimestre 2015.

Selon le ministre nigérien de l’Aménagement du territoire, ce sont les récentes découvertes de gisements miniers dans les quatre pays concernés qui ont motivé l’installation de cette ligne, révèle Afriquejet.

«Le projet permettra notamment de réduire les coûts des transports et de l’entretien routier, de mieux sécuriser les importations et les exportations par la diversification des corridors et de favoriser l’exploitation des ressources minières», a-t-il déclaré.

Lu sur LeGriot.infoAfriquejet, Fasozine

A lire aussi

Dakar-Bamako: le train qui déraille à chaque fois

Terminus pour le train djibouto-éthiopien

La nouvelle locomotive du rail congolais