mis à jour le

Une ouvrière malienne, près de Kalana, Mali, août 2012. REUTERS/Joe Penney
Une ouvrière malienne, près de Kalana, Mali, août 2012. REUTERS/Joe Penney

Démocratie et économie, les deux mamelles de l'Afrique

Le sursaut démocratique que connaissent plusieurs pays africains a pour conséquence immédiate d'attirer les investisseurs et de conforter la croissance économique du continent.

Avec les élections démocratiques et transparentes qui se sont déroulées au Sénégal ou encore au Niger, les caricatures humiliantes de nos chefs d’Etat tendent à s’atténuer au niveau international.

Est-ce pour autant la fin des excentricités diverses, des présidences à vie, des autoproclamations farfelues, des seigneurs de guerre, etc.? Malheureusement, il en reste encore plusieurs. En Gambie ou au Zimbabwe, par exemple.

Les Africains dans leur grande majorité, sous la pression de la mondialisation et d’une certaine lassitude des coups d’Etat à répétition, ont beaucoup changé. 

Pendant que le Brésil, l'Inde, la Chine, la Corée du Sud et d’autres encore d’Asie, qui étaient considérés comme des pays sous-développés, il y a une décennie de cela, viennent nous vendre les produits de leur développement industriel, nous continuons encore à nous entretuer.

Aujourd’hui, nous sommes de plus en plus confrontés à un double choix de société. Celui de la continuité dans les guerres civiles ou les coups d’Etat et celui de la prise de conscience citoyenne et de l’intérêt national.

Rattraper tous les retards

Nous sommes tous conscients de notre grand retard dans le chemin du développement, et cela en dépit de nos immenses richesses minières, pétrolières et agricoles.

Des Etats comme le Nigeria, l’Angola, la République démocratique du Congo ou même la Côte d’Ivoire, avec tous leurs potentiels, devraient aujourd’hui pouvoir figurer parmi les pays émergeants.

Malheureusement, des années de guerres et de crises politiques pour de l’enrichissement personnel qui n’ont fait ni vainqueurs, ni vaincus, ont hypothéqué notre développement, amplifié notre pauvreté et consolidé notre dépendance à ceux qui exploitent nos richesses.

Et pourtant, le continent africain regorge de richesses et d’opportunités qui peuvent assurer à nos populations une meilleure qualité de vie ainsi que la possibilité d’être désormais maître de notre propre destin.

Les spécialistes internationaux et africains sont unanimes: l'Afrique est désormais l’endroit où il faut investir. Plusieurs de ces Etats dont la Côte d’Ivoire ont une croissance économique étonnante.

Voilà pourquoi, nous espérons qu’avec l’arrivée au pouvoir d’un nouveau type de chef d’Etat à la tête de nos jeunes nations, nous arriverons enfin à transcender nos différences politiques, religieuses et ethniques pour exploiter nous-mêmes nos richesses, développer notre environnement et construire l’avenir de nos descendances. Il n’y a pas de secret à cela.

Tous les pays sous-développés qui sont sortis de cet état pour s’acheminer vers le développement, ont tous fait le choix de la rigueur, de la lutte contre la fraude et la corruption massive, de la modernisation des infrastructures économiques et des investissements dans l’éducation et la recherche.

Construire des nations modernes

Ces Etats ont aussi développé la culture de l’intérêt national qui garantit la paix et la stabilité économique et sociale au peuple.

Les chefs d’Etat africains, élus de manière démocratique, ont une lourde responsabilité face à l’histoire. C’est celle de prouver à leur nation respective, au continent africain et à la communauté internationale, qu’il est possible de construire une nation moderne, réduire considérablement les inégalités sociales, éduquer les populations de manière à leur garantir un avenir et veiller à leur sécurité et leur santé.

Cette responsabilité nécessitera également une gestion habile et délicate de diverses tentatives internes et externes de déstabilisation, de mécontentement et de provocation, afin de voir échouer les initiatives nouvelles qui peuvent conduire à faire mieux que les prédécesseurs.

Et puis, l’échec d’un pays fait toujours le bonheur de ses voisins. En dépit des imperfections et des limites qui s’imposeront naturellement aux volontés politiques de modernisation et de développement économique et social, seuls les résultats obtenus à la fin de leur mandat, déterminera de fait le choix de société de leurs peuples, quel que soit leur ethnie, religion et idéologie politique.

Macaire Dagry

 

A lire aussi

Les crises postélectorales, une fatalité en Afrique?

L'Afrique peut-elle vraiment peser sur la marche du monde?

Ce qu'il faut vraiment penser des coups d'Etat

Une nation ouest-africaine, la solution au conflit ivoirien

Macaire Dagry

Macaire Dagry. Journaliste ivoirien.

Ses derniers articles: Les Ivoiriens ont déjà les yeux rivés sur la présidentielle de 2015  La France ne peut plus faire l'impasse sur son passé esclavagiste  Les jeunes ivoiriens, prisonniers du désespoir et de la violence 

Brics

Puissance émergente

Les BRICS vont-ils finir par dominer le monde?

Les BRICS vont-ils finir par dominer le monde?

La rédaction

Revue de presse

Revue de presse

LNT

La banque des Brics sera complémentaire des institutions occidentale

La banque des Brics sera complémentaire des institutions occidentale

Côte d'Ivoire

Mondial 2014

Les Algériens doivent éviter le scénario des Ivoiriens

Les Algériens doivent éviter le scénario des Ivoiriens

Attentes

Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil

Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil

Espoirs

Les chances de l'Afrique au Mondial

Les chances de l'Afrique au Mondial

croissance

Money money money

Pourquoi la croissance est au plus bas depuis 20 ans en Afrique subsaharienne

Pourquoi la croissance est au plus bas depuis 20 ans en Afrique subsaharienne

AFP

La banque mobile, nouveau grigri de la croissance en Afrique

La banque mobile, nouveau grigri de la croissance en Afrique

AFP

Ghana: le président Mahama promet une forte croissance et des emplois

Ghana: le président Mahama promet une forte croissance et des emplois