SlateAfrique

mis à jour le

Être président élu en Somalie, c'est pas du gâteau

Le Parlement somalien a élu le 10 septembre Hassan Cheikh Mohamoud, qui a écrasé au deuxième tour le président sortant Sharif Cheikh Ahmed. L’universitaire a en effet recueilli 190 voix contre 79 pour son adversaire, rapporte le site kényan Daily Nation. Sa victoire représente un tournant dans l’histoire de la Somalie.

«Je remercie tous ceux qui ont participé à ce processus historique. Ce qui s'est passé aujourd'hui sera écrit en lettres d'or dans l'histoire somalienne (...) j'espère que la Somalie se dirige désormais vers le meilleur et que tous nos problèmes sont de l'histoire ancienne», a-t-il déclaré.

C’est la première fois depuis plusieurs décennies qu’un président est désigné sur le territoire somalien, contrairement à tous ces prédécesseurs élus dans des pays voisins pour des raisons de sécurité. Cette élection en Somalie est donc un signe encourageant.

Une nouvelle ère qui fleure bon le changement. Même si le nouveau président Hassan Cheik Mohamoud, impliqué dans de nombreuses ONG, est plutôt néophyte en politique. Il n’a jamais été ni ministre ni député. Un vaste chantier l’attend pour remettre la Somalie sur les rails. Privé de gouvernement depuis le début de la guerre civile en 1991, le pays est très instable politiquement et économiquement.

Les quatorze conférences de réconciliation, organisées depuis cette époque, ne sont jamais parvenues à mettre fin aux rivalités entre clans somaliens.

Mais le véritable défi que devra relever Hassan Cheik Mohamoud est la question des milices shebab, des islamistes radicaux armés alliés d'al-Qaïda. Evincés de la capitale par la Mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) et l’armée éthiopienne, les shebabs demeurent une force de nuisance pour le gouvernement.

Hassan Cheik Mohamoud devra donc oeuvrer à l'instauration d'un ordre politique stable qui fait défaut depuis deux décennies. Et surtout déjouer les manoeuvres politiques des leaders de partis, des chefs de clan ou encore des députés.

Lu sur Daily Nation, BBC, CNN, RFI

A lire aussi 

Mogadiscio: l'espoir d'une renaissance

Le Puntland, un Etat qui fait du bien à la Somalie

Pourquoi les Somaliens du Royaume-Uni sont sous pression