mis à jour le

Egypte: sur une île du Nil, des irréductibles refusent l'expulsion

Sur la petite île de Warraq, au Caire, en plein milieu du Nil, entre champs verdoyants et ruelles ensablées, des habitants menacés d'expulsion par l'Etat se disent déterminés à rester, à deux jours d'une décision de justice sur leur sort.

Au loin, les grandes tours et les embouteillages de la capitale égyptienne, une mégapole de 20 millions d'habitants, tranchent avec les petites maisons en briques rouges et les chemins trop étroits pour les voitures de l'îlot.

Ses habitants n'ont pas l'intention de se laisser expulser au profit d'un plan de construction qu'ils rejettent vigoureusement. 

"Le gouvernement veut que nous quittions cette beauté", raconte à l'AFP Abou Rawach Mohamed, un membre de la famille qui possède les ferries, seul moyen pour accéder à Warraq. "Mais où irons-nous?", s'interroge cet homme de 32 ans.

"Le gouvernement doit comprendre quelque chose, c'est que sur l'île de Warraq, (...) il existe des liens étroits et forts entre les familles, personne n'abandonnera les autres", renchérit un autre habitant, "Captain Abdel Fattah", surnommé ainsi en raison de son rôle de défenseur de la centaine de familles du quartier.

- "Pas à vendre" -

Sur la façade d'une maison, un graffiti résume l'état d'esprit des quelque 100.000 habitants: "L'île n'est pas à vendre". 

Dans ce quartier défavorisé, des ruines de briques et de terres rappellent la campagne de démolition avortée, lancée en 2017 par le gouvernement pour récupérer des terrains dont il s'estime propriétaire.

L'opération de destruction de logements et l'expulsion de familles avaient déclenché des affrontements avec les forces de sécurité venues les déloger, faisant un mort parmi les habitants et plusieurs blessés.

Depuis, les autorités n'ont plus rien tenté contre les habitants de l'île. Un fait rare sous le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi qui dirige le pays d'une main de fer depuis 2013.

En 2017, les autorités avaient nié à plusieurs reprises leurs intentions d'expulser les habitants de Warraq au profit d'un vaste projet immobilier de luxe.

Mais en avril 2018, le gouvernement avait décidé d'ouvrir l'île au développement urbain en lançant un vaste plan de construction de logements neufs en collaboration avec l'Autorité d'ingénierie des forces armées.

Cette dernière pilote plusieurs projets immobiliers, pour la plupart inspirés des villes du Golfe, avec de longues avenues, des hôtels flamboyants et de hautes tours vitrées.

Cet organisme dirige notamment la construction de la future nouvelle capitale administrative, en plein désert, à environ 45 kilomètres du Caire, et à laquelle tient particulièrement Abdel Fattah al-Sissi, lui-même issu des rangs de l'armée.

Samedi, la justice administrative doit se prononcer sur la validité du projet gouvernemental à Warraq, contestée par des avocats qui représentent les habitants.

Selon un rapport officiel paru en 2017, l'île était à l'origine une terre agricole d'environ 420 hectares "occupée illégalement depuis plus de 15 ans et transformée en un quartier résidentiel informel".

- "Projets de luxe" -

Mais de nombreux habitants assurent détenir des titres de propriété.

Au Caire, les quartiers qualifiés de "ashwaiyat" (bidonvilles) ont pullulé ces dernières décennies, face à l'accroissement spectaculaire de la population et des prix du logement.

"Nous savons très bien que le moindre centimètre de cette île vaut de l'or", affirme Amr Khalifa, un plombier de 40 ans. "Pourquoi ne pas mener des négociations directes entre nous et les investisseurs?", suggère-t-il.

De grands chantiers jalonnent la capitale, mais peu d'appartements trouvent preneurs dans un contexte de crise économique et de baisse du pouvoir d'achat.

"Nous attendions plus de développement, pas l'expulsion", regrette M. Mohamed.

A l'issue d'une visite en Egypte en octobre 2018 Leilani Farha, rapporteure spéciale de l'ONU pour le droit au logement décent, avait déclaré: "le gouvernement a exprimé un intérêt pour des projets de luxe dans tout Le Caire. Il est à craindre que l'île de Warraq (en) soit victime". 

Elle avait alors appelé les autorités à veiller à ce que les investissements dans l'immobilier "ne contribuent pas à rendre le logement inabordable".

L'Egypte avait condamné des allégations "sans fondements".

Mais sur l'île de Warraq, devant les tours au gigantisme insolent en construction sur la rive d'en face, les habitants ne cachent pas leur inquiétude.

AFP

Ses derniers articles: Drogba "se décidera vite" pour briguer la présidence de la Fédération ivoirienne e foot  RDC: un garde et un chauffeur tués dans un parc naturel  Le Parlement béninois adopte un nouveau Code électoral, l’opposition insatisfaite 

île

AFP

Sur une île mozambicaine détruite par le cyclone Kenneth, un ramadan de réfugié

Sur une île mozambicaine détruite par le cyclone Kenneth, un ramadan de réfugié

AFP

Sénégal: le festival de jazz de Saint-Louis menacé, sur une île en sursis

Sénégal: le festival de jazz de Saint-Louis menacé, sur une île en sursis

AFP

Tchad: six morts dans une attaque de Boko Haram sur une île du lac Tchad

Tchad: six morts dans une attaque de Boko Haram sur une île du lac Tchad