SlateAfrique

mis à jour le

Libye - Mouammar Kadhafi, ce violeur en série

«Il ne pensait sérieusement qu’à ça. Il gouvernait, humiliait, asservissait et sanctionnait par le sexe.»

Dans un livre enquête sorti le 5 septembre en France, la journaliste du Monde Annick Cojean révèle la personnalité perverse de l’ex-Guide libyen.

Des centaines de femmes, enfants et hommes ont été victimes de viols par Mouammar Kadhafi.

A travers de nombreux témoignages, elle montre à quel point le régime et l’administration étaient organisé pour assouvir les pulsions du colonel Kadhafi, «4 fois par jour».

«Le recrutement des victimes avait lieu dans les "comités révolutionnaires", les facultés, les salons de beauté et dans cette fameuse académie militaire pour femmes qui valait à Kadhafi sa réputation de "féministe"», rapporte Ouest-France.

Personne ne pouvait lui échapper ou résister et il abusait «aussi des certains ministres, de leurs femmes, de filles de généraux, d’épouses de diplomates étrangers, de stars»…

«Tous les responsables connaissaient sa méthode. Certains l’utilisaient, personne ne pouvait parler. Même encore aujourd’hui, s’indigne Annick Cojean. Le viol reste un tabou extraordinaire en Libye. Parce que la honte rejaillit sur les victimes et leur entourage : les pères, frères, maris sont considérés comme des sous-hommes s’ils n’ont pu laver ce crime dans le sang.»

L’avocat Mohammed al-Alagi, actuel président du Conseil suprême des libertés publiques, un des rares leaders de la nouvelle Libye démocratique à aborder le sujet souligne que le viol était une «arme politique».

Pendant la rébellion contre le régime dictatorial, le viol est devenu "une arme de guere".

Le livre d’Annick Cojean, Les proies, dans le harem de Kadhafi, Annick Cojean, Grasset, 19 €, 324 pages, sera traduit en arabe et publié le mois prochain en Libye. 

Lu sur Ouest-France

A lire aussi

Mouammar Kadhafi, ce féministe?

Kadhafi, on achève bien les morts

Les dictateurs finissent mal, mon général

Kadhafi va «rencontrer son Maître»