SlateAfrique

mis à jour le

Nigeria - Le port de Lagos, nouveau terrain de chasse des pirates

Au port, les navires pétroliers étaient censés être hors d’atteinte des pirates qui opèrent souvent en haute mer.

Ces pirates viennent de prouver le contraire. Ils ont pris le contrôle d'un tanker singapourien ce 4 septembre au port de Lagos, Nigeria. Les attaques de ce genre deviennent fréquentes dans le golfe de Guinée. Celle de ce pétrolier est la troisième «en un peu plus de deux semaines dans le golfe de Guinée», indique France24.

Noel Choong, responsable du centre d'information sur la piraterie du Bureau maritime international (BMI), précise que «le mode opératoire de l'attaque du navire singapourien était identique aux deux précédentes, ce qui pourrait laisser penser que les pirates font partie d'un même groupe. Ils prennent possession du navire pendant cinq jours environ, pillent les cabines de l'équipage et siphonnent le pétrole vers un autre navire».

On ne sait rien pour l’instant sur les revendications des pirates, depuis qu’ils ont pris le contrôle du pétrolier qui se dirige en haute mer. Le responsable du BMI précise que «l'ensemble de l'équipage s'est enfermé dans une salle sécurisée». Leur sort reste tout de même inquiétant.

Ce qui inquiète aussi, c’est la recrudescence d’attaques «signalées au large des côtes du Bénin, du Nigeria et du Togo entre janvier et juin». Pour ce premier semestre 2012 on compte déjà 32 attaques contre 25 l’année dernière.

«Après la Corne de l'Afrique, les côtes de l'Afrique de l'Ouest sont désormais identifiées comme un nouveau point chaud de la piraterie, où les tankers chargés de brut sont particulièrement visés», souligne France 24.

D’autant plus que «le Nigeria est le premier producteur de pétrole d'Afrique et de nombreux tankers chargés de brut croisent dans ses eaux, attirant des pirates qui souvent volent le brut pour l'écouler sur un très lucratif marché noir régional».

Lu sur France24

A lire aussi

Les pirates prennent l'Afrique à l'abordage

Le Nigeria, nouveau front de la guerre contre le terrorisme

La démographie ne doit pas servir de prétexte au Nigeria

Goodluck Jonathan doit gérer le chaos