mis à jour le

Des soldats centrafricains marchant dans les rues de Bangui,  décembre 2007. REUTERS/David Lewis
Des soldats centrafricains marchant dans les rues de Bangui, décembre 2007. REUTERS/David Lewis

La Centrafrique va-t-elle un jour vivre en paix?

Un programme de démobilisation des groupes rebelles est en cours en République centrafricaine. Mais le pouvoir doit, de son côté, faire preuve d'une meilleure volonté pour mettre un terme à plusieurs années d'instabilité.

Mise à jour du 26 décembre 2012: Le président François Hollande a ordonné que l'ambassade française à Bangui soit placée sous protection, ainsi que les tous les ressortissants français. Ceci, après que plusieurs centaines de personnes ont lancé des projectiles vers l'ambassade de France dans la capitale centrafricaine. Ces derniers, partisans de François Bozizé, le président centrafricain, manifestaient leur colère face à ce qu'ils considèrent comme le manque de soutien de la France, dans la crise que connaît le régime de Bangui. Un pouvoir fortement menacé par les rebelles de la coalition Séléka, qui se rapprochent de la capitale centrafricaine, après avoir pris le contrôle de quatre villes stratégiques, en seulement quelques jours.

****

Le «dernier groupe rebelle de République centrafricaine désarme», titraient de nombreux journaux, en date des 25 et 26 août 2012.

La Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) venait en effet de signer un accord avec le pouvoir de Bangui, la capitale du pays, afin de rejoindre le processus Désarmement, Démobilisation et Réintégration (DDR) (concernant les ex-combattants du pays) et de se transformer en parti politique.

Au même moment, Baba Ladé (chef rebelle tchadien, général autoproclamé) annonçait le retour de son Front populaire pour le redressement (FPR) en Centrafrique pour négocier avec les autorités de Bangui (et de N’Djamena), et se rendait effectivement à la Force multinationale de l’Afrique Centrale (Fomac) quelques jours plus tard.

L’abandon des armes par les deux principaux groupes rebelles à avoir déstabilisé le pays au cours des derniers mois ouvre une fenêtre d’opportunité importante pour la stabilisation du pays.

Mais l’accalmie ainsi créée ne doit pas se transformer en une illusion sécuritaire qui conforterait le régime dans son inaction sur le plan des réformes.

Certes, il s'agit d'une bonne nouvelle pour les populations civiles vivant sous la menace du CPJP depuis sa création en 2008. Mais le désarmement du groupe rebelle, fut-il le dernier actif à ce jour, ne permettra néanmoins pas de pacifier définitivement la République Centrafricaine.

Sans une stratégie globale de réformes exhaustives adressant les causes profondes de l'insécurité, le processus de DDR en lui-même ne saurait constituer à lui seul un processus de paix efficace sur le long terme, comme nous le rappelle les cas de la République démocratique du Congo ou du delta du Niger.

La République Centrafricaine avait pourtant adopté un tel programme de réformes en profondeur de ses institutions à la suite de l'accord désigné sous le vocable Dialogue politique inclusif, de décembre 2008.

La pression internationale s'est cependant évanouie au lendemain de la signature de l'accord, permettant au président François Bozizé de renier un certain nombre de ses engagements, notamment ceux liés à la reconfiguration de la Commission électorale indépendante (CEI).

Des accords de paix, mais le feu couve encore

A la suite de sa réélection en 2011, ponctuée de fraudes et de nombreuses irrégularités, Bozizé abandonna purement et simplement toute réforme prévue par l'accord.

Le gouvernement adopta plutôt une stratégie de négociations bilatérales avec les principaux groupes rebelles.

L'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) et l'Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD, principale rébellion centrafricaine auto-dissoute en mai 2012) acceptèrent tour à tour de joindre le processus DDR, relancé depuis peu sous l’égide du Bureau des Nations unies pour l'Afrique centrale (UNOCA) et du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) après des années de blocages.

Mais le désarmement des principaux groupes rebelles connus jusqu’ici ne saurait suffire à assurer la stabilité et la sécurisation du pays.

D’une part le banditisme continue de sévir jusqu’aux portes de Bangui et les attaques contre les populations civiles sont nombreuses —certaines étant même attribuées à d’anciens groupes rebelles pourtant enrôlés dans le DDR.

Sans compter les activités de la LRA dans l’est qui, malgré quelques succès obtenus par les forces armées ougandaises (UPDF), semblent se faire un nid juste à l’ouest de la zone d’opération militaire autorisée par Bangui.

Le départ annoncé de la Micopax (Mission de stabilisation de la paix en Centrafrique, constituée de soldats de dix pays de la sous-région d'Afrique centrale) ne fait qu'accentuer la nécessité de s'attaquer rapidement aux racines de l'instabilité.

Mais surtout, bien que le désarmement, la démobilisation et la réintégration des éléments armés demeurent des éléments centraux de tout processus de paix en République centrafricaine, le DDR sans processus de paix risque de renforcer plusieurs risques politiques majeurs en voie de devenir systémiques en Centrafrique.

En finir avec l'impunité

En effet, les accords bilatéraux signés successivement avec les différents groupes rebelles, dans le cadre d'un système politique complètement fermé, érigent la rébellion armée et la violence contre les civils comme principal, voire unique, canal de revendication politique.

Les exactions contre la population civile deviennent non seulement un moyen d'enrichissement et d’accès aux ressources, mais un vecteur de positionnement politique.

L’entente cédant le contrôle sécuritaire des préfectures de Vakaga et de la Haute-Kotto dans le nord-est —et de facto de leurs ressources— à l’UFDR ne fait qu’accentuer le phénomène.

L'amnistie générale offerte à l'ensemble des rebelles dans le cadre des ententes bilatérales, y compris pour les atrocités commises contre des civils, renforce le sentiment d'impunité.

De ce fait, le risque et le coût de la rébellion s'en trouve grandement diminué, renforçant les conditions d'émergence de futurs mouvements rebelles.

Aussi longtemps que les causes structurelles ayant favorisé l'émergence des rébellions ne seront pas attaquées de front, la République centrafricaine sera condamnée à voir se perpétuer les cycles de rébellion et d'insécurité, suivant dans sa triste voie sa voisine la RDC.

Les réformes nécessaires et incontournables

La construction d'une paix durable passe donc nécessairement par une série de réformes majeures des institutions centrafricaines:

  • Une démocratisation du système politique, notamment la mise sur pied d'une commission électorale impartiale et indépendante et la tenue d'élections libre
  • Une gouvernance économique plus équitable et transparente, notamment en ce qui concerne la gestion des ressources naturelles
  • La mise en place effective de la Stratégie de réduction de la pauvreté incluse dans l'accord sur le Dialogue politique inclusif, notamment dans l’optique de mettre fin à la marginalisation des régions périphériques
  • Le développement du contrôle étatique, et notamment du monopole de l’usage de la force, sur l'ensemble du territoire
  • Une meilleure gouvernance politique, notamment par l'attribution des postes décisionnels sur la base de la compétence plutôt que sur l'ethnicité, les liens familiaux ou la fidélité au chef de l'Etat
  • Une réforme en profondeur de l'armée, un des rares vecteurs de promotion sociale pour la jeunesse déshéritée centrafricaine, dont le phénomène d'ethnicisation est notoirement connu
  • Le développement d'un Etat de droit et d’une justice digne de ce nom.

La mise en œuvre de l'accord issu du Dialogue politique inclusif constitue sans aucun doute le meilleur moyen pour y parvenir, jouissant d'une forte légitimité et adressant la majorité de ces questions.

Compter uniquement sur la bonne foi du président Bozizé serait cependant naïf. Celui-ci s'étant en revanche montré sensible aux pressions de la communauté internationale par le passé, celle-ci devrait conditionner son aide à l'application de l'accord et veiller à maintenir la pression sur le régime. Sans quoi le «dernier groupe rebelle» risque fort de ne pas être le dernier.

Jean-Simon Rioux (chercheur en résolutions des conflits, spécialiste de l'Afrique centrale)

 

A lire aussi

Pourquoi la République centrafricaine a-t-elle un nom aussi barbant?

Centrafrique: le pays que la France veut oublier

Du nouveau sur les crimes commis par la LRA en Centrafrique

Jean-Simon Rioux

Jean-Simon Rioux. Research assistant, Central Africa project International Crisis Group.

Ses derniers articles: La Centrafrique va-t-elle un jour vivre en paix? 

CPJP

L'explication

Centrafrique: que veut la rébellion du Séléka?

Centrafrique: que veut la rébellion du Séléka?

Fomac

Soutien

Centrafrique: l'appui des Etats-Unis est nécessaire

Centrafrique: l'appui des Etats-Unis est nécessaire

Alerte

Centrafrique: le rapport qui accable la Séléka

Centrafrique: le rapport qui accable la Séléka

Boomerang

Centrafrique: l'aveu d'impuissance de Michel Djotodia

Centrafrique: l'aveu d'impuissance de Michel Djotodia

FPR

Alertes

Est-il le Mohamed Bouazizi du Rwanda?

Est-il le Mohamed Bouazizi du Rwanda?

AFP

Législatives au Rwanda: une Chambre dominée par les femmes et le FPR

Législatives au Rwanda: une Chambre dominée par les femmes et le FPR

Vote

Législatives sans suspense au Rwanda

Législatives sans suspense au Rwanda