SlateAfrique

mis à jour le

Le Mali en route vers la guerre

« Le top départ pour la guerre vient d’être donné».

C’est ce qu’indique aujourd’hui le Journal du Mali, à la suite de la demande officielle adressée à la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) par le président malien par intérim Diacounda Traoré en vue d’obtenir une intervention militaire de l’organisation pour la résolution de la crise.

Pour le site d’informations, c'est le point de départ d’une reconquête du nord du Mali occupé par les islamistes. Il rappelle que la Cédéao s’était déclarée prête, en avril dernier, à déployer quelques 3.300 soldats au Mali.

Pour ce faire, le Journal du Mali signale que l’organisation régionale souhaite néanmoins obtenir un mandat onusien. Elle aura également besoin d’un soutien logistique et matériel occidental, pour lequel elle peut d’ores et déjà compter sur l’aide de la France. Car, même si le pays a récemment acquis de nouveaux équipements, le site observe leur probable insuffisance, face à des islamistes surarmés et préparés.

D’après le journal, la population malienne, tout d’abord réfractaire à toute intervention extérieure, appuie aujourd’hui cette annonce du président Traoré. L'aggravation de la situation au nord, et notamment la prise de Douentza, par le groupe islamiste armé Mujao le 1er septembre, aura eu raison des refus de la première heure.

Reste à connaitre les détails qui encadreront la future intervention. Le Journal du Mali rapporte que selon toute vraisemblance, le président ivoirien Alassane Ouattara devrait, en tant que président de la Cédéao, consulter les Etats membres pour décider d’une ligne d’action.

Un mandat du Conseil de sécurité de l’ONU devrait suivre, afin de déterminer avec précision les missions des troupes ouest africaines.

Le site malien, qui rappelle le calvaire que subissent les populations du nord depuis plusieurs mois, fait état du probable espoir qui renait sans doute dans ces localités, avant d’en appeler à un rapide passage à l’action des autorités.   

Lu sur Le Journal du Mali

A lire aussi

Les islamistes ne s'arrêteront pas au Nord-Mali

Comment libérer des Maliens prisonniers d'eux-mêmes?

Mali: l'Amisom, un modèle à suivre?

Une intervention militaire au Mali ne peut se faire sans l'Algérie