mis à jour le

RDC: l'ONU s'engage vers une stratégie de retrait progressif

L'ONU a entrepris d'élaborer une stratégie de retrait progressif de Casques bleus de République démocratique du Congo, qui pourrait se traduire à moyen terme par de premiers ajustements et changements de priorités.

Après l'élection d'un président, une ouverture de l'espace politique et une amélioration de la situation sécuritaire dans plusieurs régions, "nous allons ajuster progressivement la Monusco, tant dans sa taille que dans sa mission et sa présence", indique un responsable de l'ONU sous couvert d'anonymat.

Les Nations unies sont présentes en RDC depuis une vingtaine d'années et la Monusco, avec ses quelque 16.000 Casques bleus, représente l'une de ses missions actuelles les plus importantes et les plus coûteuses.

"Nous regardons comment l'ajuster" au nouveau contexte dans le pays "et probablement la réduire. Le processus et les modalités restent à définir", ajoute le même responsable. A moyen terme, "la Monusco peut être réduite dans des proportions relativement modestes", précise-t-il.

"Nous devons travailler avec les Congolais sur un processus conduisant à une stratégie de sortie progressive", résume ce responsable.

A la différence de l'ex-président Joseph Kabila qui réclamait régulièrement le départ de la Monusco, le nouveau chef d'Etat Félix Tshisekedi a plutôt montré jusqu'à présent de bonnes dispositions à l'égard de l'ONU.

"Il a indiqué vouloir garder la Monusco et sortir de la relation conflictuelle" entretenue jusqu'alors avec l'ancien président, indique un diplomate.

En conséquence, le Conseil de sécurité pourrait être amené fin mars, à l'échéance du mandat de la Monusco, à la prolonger de sept mois sans grands changements fondamentaux. En juin, lors de la renégociation annuelle du budget des opérations de paix de l'ONU, l'enveloppe consacrée à la RDCongo (1,11 milliard de dollars par an) ne serait fixée que pour six mois.

Ces échéances permettraient de donner du temps aux nouvelles autorités congolaises et à l'ONU pour définir l'avenir de la Monusco, indique le diplomate.    

Dans plusieurs régions, l'ONU a constaté un intérêt croissant de groupes armés à déposer les armes et à rejoindre un processus de réintégration, notamment dans le Kasai ou en Ituri, selon le responsable de l'ONU.

Les violences continuent en revanche dans le Kivu (est) et l'ONU devra probablement renforcer à terme ses contingents dans cette partie du territoire alors qu'elle allégera sa présence dans l'ouest, selon une source proche du dossier.

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: quatre agriculteurs tués dans une attaque de Boko Haram  Régions anglophones au Cameroun: au moins 5 personnes kidnappées, 80 autres dépuillées  Algérie: le camp Bouteflika se fissure, selon les analystes 

l'ONU

AFP

Tueries de Yumbi en RD Congo: possibles "crimes contre l'humanité" selon l'ONU

Tueries de Yumbi en RD Congo: possibles "crimes contre l'humanité" selon l'ONU

AFP

Kenya: l'assemblée de l'ONU pour l'Environnement endeuillée par le crash aérien

Kenya: l'assemblée de l'ONU pour l'Environnement endeuillée par le crash aérien

AFP

Mali: le secrétaire général de l'ONU voit des "progrès"

Mali: le secrétaire général de l'ONU voit des "progrès"

retrait

AFP

Centrafrique: désaveu de l'accord de paix après le retrait d'un groupe armé

Centrafrique: désaveu de l'accord de paix après le retrait d'un groupe armé

AFP

Le Burundi aurait renoncé

Le Burundi aurait renoncé

AFP

Macron tacle Trump sur son retrait de Syrie, signe d'une amitié qui chancelle

Macron tacle Trump sur son retrait de Syrie, signe d'une amitié qui chancelle

stratégie

AFP

Le Kenya guette Odinga et sa stratégie pour contester les élections

Le Kenya guette Odinga et sa stratégie pour contester les élections

AFP

Kenya: Raila Odinga reporte

Kenya: Raila Odinga reporte

AFP

Kenya: Raila Odinga annoncera sa stratégie mardi

Kenya: Raila Odinga annoncera sa stratégie mardi