SlateAfrique

mis à jour le

L'Egypte va-t-elle récupérer les biens de Moubarak en Grande-Bretagne?

La chute de Moubarak avait conduit de nombreux pays occidentaux à prendre des sanctions contre les biens et les avoirs de la famille de l'ex-dictateur et des proches du régime.

Rares sont les Egyptiens qui ne critiquaient pas l’enrichissement des fils Moubarak, Alaa et Gamal, ainsi que de leur mère Suzanne, tous, des symboles d'un régime déconnecté des réalités. 

Plus d’un an après la démission d’Hosni Moubarak, tous les biens n’ont pas été récupérés. Le quotidien britannique The Guardian révèle que la Grande Bretagne a autorisé le maintien des biens et des avoirs de proches du régime au Royaume-Uni. Ce qui représente une violation des sanctions prises par la plupart des démocraties occidentales.

Condamné à la prison à vie en juin 2011, Hosni Moubarak détiendrait toujours des fonds non-gelés en Grande Bretagne. Sa famille et ses associés ne seraient pas en reste.

Il s'agirait notamment de maisons de luxe à Chelsea et Knightsbridge et de sociétés dans le centre de Londres. Un membre du cercle intime de Moubarak a même été autorisé à créer une entreprise au Royaume-Uni ces derniers mois, rapporte The Guardian, à partir de l’enquête ménée conjointement par la BBC Arabic, le journal financé par l’Arabie Saoudite, al-Hayat, et le quotidien britannique The Guardian.

Des révélations qui embarassent fortement le Foreign Office qui dit collaborer avec les autorités égyptiennes pour geler les avoirs de l’ex-raïs. Les mesures décisives tardent à être prises.

L’immobilisme serait aussi à chercher du côté égyptien, selon le quotidien britannique, qui rappelle le manque de volonté politique en Egypte quand il s’agit de rechercher les avoirs de l’ancien régime. Ce qui fait dire à certains experts que les pro-Moubarak ne sont pas encore hors-circuit.

«C'est du pur mercantilisme politique qui ne reflète pas le concept de la justice britannique et la démocratie que nous enseignons dans les universités égyptiennes», juge le docteur Mohamed Mahsoob, qui a mené des enquêtes sur les  «milliards volés» en Egypte.

Lu sur The Guardian

A lire aussi

Les pro-Moubarak peuvent-ils reprendre le pouvoir? 

Moubarak est mort, vive Moubarak!