SlateAfrique

mis à jour le

La polygamie, un remède contre le cancer de l'utérus?

La question de la légalisation de la polygamie revient dans l’actualité tunisienne. Adel Almi, président de l’Association centriste de sensibilisation et de réforme a constaté sur les ondes tunisiennes que la polygamie était «une revendication populaire», car, affirme-t-il, elle résout de nombreux problèmes sociaux et sanitaires.  

«Il faut rediscuter cette cause et laisser à la justice de tranche. Il s’agit d’une loi divine, donc forcément qui préserve un intérêt commun légitime», a-t-il ajouté.

Selon lui, la polygamie aurait même des vertus médicales. Certaines maladies de la femme peuvent, d’après lui, être évitées.

M. Almi a cité le cas du «cancer de l’utérus qui, scientifiquement parlant, n’est purifié qu’au bout de 130 jours d’abstinence sexuelle, sinon la femme risque d’avoir un cancer du col de l’utérus. C’est pourquoi, la polygamie peut la protéger contre cette maladie puisque l’époux peut lui accorder un "congé" en allant vers les autres épouses», lit-on sur Business News.

Toute femme qui se marie devrait au préalable accepter que son mari puisse se remarier, explique le site de la chaîne panarabe al Arabiyya.

Rappelons que la Tunisie est dotée d’un Code du statut personnel, hérité de l’ère Bourguiba qui interdit notamment la polygamie et les mariages forcées de mineures

Mais depuis l’arrivée au pouvoir du parti islamiste Ennahda, de nombreuses femmes et associations féministes craignent droits des femmes et une remise en cause de leurs acquis.

Le 13 août 2012, quelques milliers de manifestants étaient  descendus dans les rues de Tunis, date de la Journée nationale de la femme et anniversaire de la promulgation du Code du statut personnel, mis en place le 13 août 1956, par le premier président tunisien Habib Bourguiba.

Une commémoration particulièrement militante cette année car elle faisait suite à une proposition polémique du parti Ennahda qui remettait en cause l’égalité entre les hommes et les femmes. Selon un texte proposé par le parti islamiste, la femme était complémentaire à l’homme.

Lu sur Business News, Al Arabiyya

 

A lire aussi

La femme est-elle toujours l'égale de l'homme en Tunisie?

Les Tunisiennes prêtes à défendre leurs droits