SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Des tags anti-royalistes fleurissent sur les murs

Le site indépendant arabophone Lakome a fait état de l’ouverture d’une enquête policière de grande envergure, principalement à Oujda, ville frontalière avec l’Algérie, sur l’apparition de tags anti-royalistes sur les murs de la cité.

Selon Lakome, ces inscriptions seraient le fait «d’activistes opposés au régime qui appellent à sa chute et à la libération de tous les prisonniers politiques du royaume».

Les slogans que l’on peut découvrir sur les photos publiées par le site critiquent essentiellement «la corruption au Palais» et reprennent aussi le fameux «Vive le peuple!» largement entendu au plus fort des révolutions arabes, notamment lors des marches du Mouvement du 20 Février.

Il était clamé par opposition au «Vive Sa Majesté!» des monarchistes qui l’ont de tout temps scandé à chaque apparition du roi en public.

Un des clichés publiés par Lakome a fait l’objet d’un buzz considérable sur les réseaux sociaux et suscité d’innombrables commentaires. Il montre la façade de ce qui semblerait être une officine de transfert d’argent où il est écrit:

«Tous les chemins de la corruption mènent au Palais royal.»

Une autre montre une inscription murale qui appelle à la chute de «Tyran VI», faisant directement référence à Mohammed VI.

Oujda n’est pas la seule ville du royaume a voir fleurir sur les façades de ses édifices des inscriptions révolutionnaires.

A Casablanca, comme le souligne le site d'information, des bâtiments symbolisant l’autorité du régime, comme des postes de police ont été tagés des mêmes slogans.

Lakome rappelle que le phénomène est apparu il y a plus d’un mois à Tétouan, une cité balnéaire de la côte méditerranéenne alors que le souverain marocain y été en villégiature.

Les tags y dénonçaient nommément certaines personnalités politiques et des proches du régime soupçonnés d’être corrompus ou impliqués dans le trafic de drogue dont le Nord du Maroc est coutumier.  

Toujours selon Lakome, cette vague de tags contestataires serait la conséquence d’un appel sur Facebook d’un groupe qui encouragerait la population à exprimer son désaveu du régime de la sorte.

Lu sur Lakome

 

A lire aussi

Comment les autorités marocaines espionnent les activistes

Au Maroc, la presse indépendante renaît sur le Net

Le Maroc, une monarchie modèle