mis à jour le

Des partisans de Macky Sall, le 26 mars 2012 à Dakar. Reuters / Joe Penney
Des partisans de Macky Sall, le 26 mars 2012 à Dakar. Reuters / Joe Penney

A quoi sert le sénat en Afrique?

Le sénat n’est pas indispensable à la marche et au succès de la démocratie en Afrique.

Mise à jour du 19 septembre 2012: Au Sénégal, le congrès a approuvé le 19 septembre par 176 voix le projet de loi portant suppression du Sénat, de la vice-présidence et la création d’un Conseil économique, social et environnemental.

****

 

En décidant, le 28 août, de supprimer le sénat pour lutter contre les inondations, le président sénégalais, Macky Sall, a fait un grand pas dans la bonne direction. Près de huit milliards de francs CFA seront économisés. Car, c'est le montant qui avait été prévu pour le fonctionnement de l'institution.

La décision présidentielle fait des heureux parmi les Sénégalais, en particulier les victimes des inondations. Reviendra-t-on un jour sur cette suppression du sénat? On l’ignore encore.

Il est, cependant, bon de retenir que le renouvellement de cette chambre du Parlement était attendu pour le 16 septembre 2012. La décision avait été approuvée par les alliés du chef de l’Etat dont l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, et plusieurs autres personnalités.

Reste aussi à savoir si en créant le sénat, l’ex-président Abdoulaye Wade s’était vraiment préoccupé de trouver un consensus autour de cette institution. Toute la classe politique avait-elle vraiment adhéré au projet?

Au Sénégal, on fera des économies

En tout cas, Macky Sall a dû prendre en compte les critiques faites par les uns et les autres et profiter des circonstances pour faire le ménage.

Cette suppression annoncée du sénat au Sénégal, loin s’en faut, ne va compromettre en rien la marche de la démocratie sénégalaise, laquelle est bien mature. Bien au contraire, on fera des économies.

Aussi doit-on saluer la volonté et la détermination du nouveau chef de l’Etat sénégalais d’assainir les milieux politiques. On le devine, l’héritage de Me Wade ne doit pas être facile à gérer pour qui connaît le Sénégal et ses acteurs politiques.

L’Afrique doit donc tirer leçon de cette autre expérience et même s’en inspirer. En effet, les arguments de la suppression du sénat au Sénégal sont valables partout sur ce continent qui se caractérise par un gaspillage et/ou une mauvaise allocation des ressources.

La vie des institutions est, en vérité, très précaire. La démocratie en Afrique souffre sérieusement d’une inflation d’institutions dont la plupart brille par leur oisiveté autant que par leur dysfonctionnement.

Or, avec le temps, elles deviennent plus budgétivores les unes que les autres. Certaines institutions sont si inutiles qu’il convient de procéder à un dégraissage, sinon à un véritable dépoussiérage.

Plus que le nombre, c’est le bien-fondé de la création de telles institutions et de leurs performances qui devrait être interrogé. Sans oublier la pertinence des objectifs à atteindre et la qualité des produits de l’organisation.

Le plus souvent, elles ont des objectifs flous, et ne sont parfois que des doublons. Car, à la comparaison, on se demande ce que certaines institutions apportent de plus que des structures analogues. Celles-ci existent depuis déjà bien longtemps, mais continuent d’avoir des problèmes de ressources, entre autres.

Le comble, c’est que nombre des institutions servent plutôt d’abris pour individus à récompenser et dont on ne sait quoi faire. Dans le contexte actuel du continent, les institutions, quelles qu’elles soient, sont le plus souvent bâties à l’image même des acteurs politiques.

Au Burkina Faso, certains rêvent d'un sénat

La plupart sont inefficaces, ou cessent de l’être lorsque le parrain fait sa valise, de gré ou de force. Alors, commence le calvaire puisque le dégraissage devient incontournable.

En dehors des problèmes liés au dysfonctionnement de ce qui existe ou tente d’exister, il y a également que les comportements de certaines élites déconcertent.

Pourquoi donc hésiter à se débarrasser de tout ce qui entrave le bon déroulement du processus démocratique? Par exemple, au Burkina Faso où certains rêvent de voir poindre un Sénat, l’on devrait tirer sérieusement les leçons de l’expérience sénégalaise.

Les fonds à mobiliser dans cette optique pourraient bien servir à autre chose. Etant donné les difficultés de l’enseignement supérieur et du secteur de la recherche, pourquoi ne pas reconsidérer l’enveloppe destinée aux étudiants?

Le sénat n’est pas indispensable à la marche et au succès de la démocratie en Afrique. Ce continent souffre davantage de problèmes liés à la planification et à la gestion des projets dans leur ensemble.

En évitant de créer en nombre pléthorique des institutions surdimensionnées, on fera une économie d’énergie et de ressources. La démocratie doit savoir avancer par étapes. C’est graduellement et en observant une certaine rigueur que l’on obtiendra des résultats. L’exemple venu de Dakar apparaît ainsi comme un véritable cadeau du ciel si l’Afrique s’en inspire.

Le Pays

A lire aussi

Macky Sall, le François Hollande sénégalais

Macky Sall, à l'heure du respect des engagements

Macky Sall, l'homme qui a battu Wade

Wade, un «ex» déjà très encombrant

Le Pays

Le Pays. Le plus lu des quotidiens du Burkina Faso.

Ses derniers articles: Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil  Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola  Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison? 

Abdoulaye Wade

Abdoulaye Wade

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Gorgui

Les vraies raisons de son retour

Les vraies raisons de son retour

Atouts

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Blaise Compaoré

Mémoire

Au Burkina Faso, fêter Thomas Sankara est de nouveau un sport national

Au Burkina Faso, fêter Thomas Sankara est de nouveau un sport national

Justice

Au Burkina, la dissolution du RSP devrait permettre d'éclaircir définitivement la mort de Sankara

Au Burkina, la dissolution du RSP devrait permettre d'éclaircir définitivement la mort de Sankara

Justice

Au Burkina, la dissolution du RSP devrait permettre d'éclaircir définitivement la mort de Sankara

Au Burkina, la dissolution du RSP devrait permettre d'éclaircir définitivement la mort de Sankara

Idrissa Seck

Politique et loi du silence

Sall, le François Hollande sénégalais?

Sall, le François Hollande sénégalais?

Sénégal

«Tout sauf Wade», dernier round

«Tout sauf Wade», dernier round

Sénégal

Wade, un «ex» déjà très encombrant

Wade, un «ex» déjà très encombrant